Najat Vallaud-Belkacem : "Il n'y aura pas d'état de grâce"

ENTRETIEN - Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande durant la campagne de la présidentielle, revient sur la victoire du candidat socialiste et parle du "bonheur d'une victoire espérée depuis si longtemps". Elle assure à Lyon Capitale qu'elle est bien candidate dans la 4ème circonscription de Lyon : "je suis candidate ici et nulle part ailleurs".

Lyon Capitale : Comment passe-t-on une première semaine avec François Hollande élu président de la République ?

Najat Vallaud-Belkacem  : C'est un sentiment étrange fait de bonheur et d’impatience. Bonheur d'une victoire espérée depuis si longtemps, et fierté d’avoir été aux côtés de François Hollande dans cette campagne. Bonheur aussi, pour les gens de ma génération, d’avoir enfin leur "mai 1981". Pour tout vous dire j’ai depuis dimanche soir la chanson de Barbara en tête : "Regarde, Quelque chose a changé, L'air semble plus léger, C'est indéfinissable…" Impatience aussi car la situation est grave, que les Français attendent dans leur vie le changement qu’ils ont appelé de leurs vœux par les urnes. Il y a trop de vies invivables, l’heure est au rassemblement et à la mobilisation générale pour redresser la France.

Les 100 premiers jours sont importants : concrètement quelles seront les premières actions de François Hollande ?

François Hollande a annoncé précisément dans la campagne ce que seront ces premiers mois de présidence. De nombreuses mesures seront immédiatement mises en œuvre, notamment sur la gouvernance exemplaire avec la baisse du salaire du président de la République et des ministres de 30 %. Il y aura également des mesures concrètes pour le pouvoir d’achat des Français qu’il s’agisse de l’augmentation de 25 % de l'allocation de rentrée scolaire, de la mise en place de la caution solidaire pour permettre aux jeunes d'accéder à la location, ou du blocage des prix à la hausse pour trois mois. Il y aura aussi la création du Livret épargne industrie destiné à faciliter l’accès au crédit des PME qui en ont bien besoin.

Autre mesure de premier ordre, dès la fin du mois de mai un mémorandum détaillé proposant un Pacte de responsabilité, de croissance et de gouvernance sera transmis à nos partenaires européens. Il s’agit de modifier et de compléter le Traité de stabilité qui étouffe la reprise et plonge l’Europe dans le chaos et de réorienter la construction européenne vers la croissance et l’emploi.

Puis suivront le droit de partir à la retraite à 60 ans pour les personnes qui ont commencé à travailler tôt et cotisé toutes leurs annuités, la réforme fiscale, la suppression de la TVA sociale, la Conférence nationale pour la croissance et l’emploi…

Les militants et sympathisants ont largement fêté la victoire de la gauche. Redoutez-vous, dans les prochains mois, la fin de l'état de grâce ?

Il n’y aura pas d’état de grâce. Les Français veulent le changement maintenant, pas dans trois mois. François Hollande a déjà imprimé dans la campagne la marque de sa présidence : constance, détermination, lucidité, vérité, courage. Son programme est connu, la situation économique, financière et sociale aussi, le Président est déjà au travail.

La transition du pouvoir se fait-elle en douceur et apaisée comme le souligne de nombreux médias ?

Oui, cette passation de pouvoir est empreinte de dignité et de respect. La politique devrait être a l'image de ce 8 mai : apaisée, réconciliée. Les Français ne veulent pas de la politique à couteaux tirés... Malheureusement, pendant cinq ans, la politique a été souvent brutale et la campagne elle-même a été rude, particulièrement dans l'entre-deux-tours.

Il y a aussi la nomination d'un premier ministre et la constitution d'un gouvernement. On vous cite régulièrement. Croyez-vous en vos chances de faire partie du prochain gouvernement ? A quel poste ?

Seul François Hollande peut répondre à cette question. Il a eu raison de ne donner aucun nom, l’important n’est pas de faire un gouvernement de personnes mais un gouvernement de compétences, et de principes respectés. Dans cette campagne, j'ai fait mon travail avec passion et je me suis engagée sans réserve. J’en suis heureuse et fière : la confiance qui m'a été accordée est un grand honneur. La campagne fut le prélude à cinq années d'action pour la France : je contribuerai d'une manière ou d'une autre au changement désiré par les Français, comme tous les responsables socialistes engagés aux côtés de François Hollande.

Les législatives sont les prochaines batailles à gagner pour assurer une majorité à François Hollande. Globalement comment se prépare-t-on ?

Je crois qu’il faut faire preuve de la même constance et de la même détermination que François Hollande, faire campagne sur le programme que les Français ont choisi. Nous devons aussi rassembler les Français dans la diversité de leurs histoires personnelles et de leurs opinions autour de ce qui nous rassemble : le désir de changement, les valeurs de la République et l’amour de la France. La crise qui frappe l’Europe n’est pas réglée, elle est devant nous. Aux Français de donner à leur président de la République les moyens de changer le destin de notre pays en votant pour la nouvelle majorité présidentielle.

Êtes-vous toujours candidate dans la 4ème circonscription, la seule à Lyon où Nicolas Sarkozy a devancé François Hollande ?

C'est un choix que j'ai fait en parfaite connaissance de cause : le résultat de la présidentielle n'est pas une surprise, et ne constitue certainement pas une raison de changer d'avis. Bien que minoritaire, la gauche continue de progresser dans cette circonscription dont personne n’ignore, et surtout pas moi, qu’elle est un bastion historique de la droite. Le combat sera très difficile, il faudra convaincre et rassembler, mais je suis convaincue que le changement est possible partout. Je suis candidate ici, et nulle part ailleurs.

à lire également
Michel Havard, Georges Fenech, Najat Vallaud-Belkacem et Philippe Meunier © Tim Douet (montage LC)
L’année 2017 a laissé sur le carreau de nombreux élus et ministres. Les obligeant parfois à reprendre le cours d’une carrière professionnelle laissée en jachère, voire jamais construite. Si le matelas du cumul des mandats a amorti des chutes, certains heurtent le mur du réel. Tour d’horizon des battus et des recasés.
8 commentaires
  1. lyonnais - 12 mai 2012

    Ah ça oui, avec le PS il n'y aura pas d'état de grâce!La première concubine de France interdit avec l'accord de RTL a compter du 15 mai que Gerra imite son concubin François Hollande!Le chagement c'est maintenant.

  2. jerome manin - 13 mai 2012

    @lyonnais. Vous êtes mauvaise langue, Julien Dray à trouvé le nouveau videur très discriminant mais déterminé.

  3. fauscialiste - 15 mai 2012

    On connait le discours totalitaire de Najat Vallaud-Belkacem si demain elle est ministre de la propagande nous n'entendrons plus que des Marine Lepen ou des gérard Eloi ( gerard.eloi@scarlet.be

  4. Gérard Eloi - 15 mai 2012

    Discours totalitaire ?Prenez la peine de lire son livre, 'Raison de plus !', et vous parlerez mieux en connaissance de cause.Résumé de cet ouvrage pour les personnes intéressées :http://centpenseespourvous.blogspot.com/2012/03/raison-de-plus.htmlBonne lecture, et puis...bon vote !

  5. fauscialiste - 15 mai 2012

    La propagande 2.0 ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Propagande ) est accessible sur internet en tapant Goebbels voire Najat Vallaud-Belkacem ou en formulant une demande sur gerard.eloi@scarlet.be ! Il serait dommage de payer pour un livre aussi nul, celui de Gérard Collomb est distribué gratuitement.

  6. Battling - 15 mai 2012

    Rappelons à la populace ignorante que vous pouvez joindre l'illustre ici : gerard.eloi@scarlet.bePour une dédicace de Belkicem ou une simple litanie totalitaire. Réflissez y à deux fois, cela sera bientôt collector.

  7. Marc ANTOINE - 16 mai 2012

    DEUX ARTICLES SUR NVB DANS LE LYON CAPITALE DE MAI N'EST CE PAS DEJA UN PEU TROP ?!

  8. fauscialiste - 16 mai 2012

    @Marc Antoine. Vous ne pourrez plus dire cela si l'on apprend dans la journée qu'elle a décroché un ministère de la propagande ou un secrétariat d'état à la langue de bois.

  9. lyonnais - 16 mai 2012

    Que dites vous Madame Vallaud-Belkacem de la Saône et Loire vous présentant dans la 4ème circonscriptions du Rhône lorsque votre président rend hommage à J.Ferry justifiant la colonisation aux motifs 'Les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures...'Ca ne vous gêne pas ???????

  10. Le webmaster - 16 mai 2012

    'Nous vous rappelons qu'usurper l'identité de quelqu'un dans le but de lui faire tenir des propos pénalement répréhensibles, peut être considéré comme un délit' article 434-23 du code pénal.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut