Emmanuel Macron et Gérard Collomb, à Lyon, en 2016 – à l’arrière-plan, David Kimelfeld © Tim Douet
Emmanuel Macron et Gérard Collomb, à Lyon, en 2016 – à l’arrière-plan, David Kimelfeld © Tim Douet

Lyon : les jeunes avec Macron se déchirent autour de Collomb VS Kimelfeld

La guerre Collomb contre Kimelfeld pour la métropole de Lyon s’étend désormais au mouvement local des jeunes avec Macron.

Mardi après-midi, l'ensemble des rédactions ont reçu un communiqué des "Jeunes avec Macron du Rhône"(JAM) annonçant leur soutien à David Kimelfeld contre Gérard Collomb pour les élections métropolitaines de 2020, alors que ce dernier a reçu l'investiture de La République En Marche. “Réactionnaire sur les questions de société (immigration, PMA, mariage pour tous…), en retard sur les questions environnementales et s’appuyant sur une vision de l’économie datée, s’entourant de tous ceux qui attaquent frontalement le projet que nous défendons depuis la grande marche, Gérard Collomb n’est plus en phase avec les attentes des jeunes et représente une forme de baronnie locale de l’ancien monde dont les Jeunes Lyonnaises et les Jeunes Lyonnais ne veulent plus”, ont taclé les rédacteurs.

Un contre communiqué

Quelques minutes plus tard, un nouveau communiqué est rédigé, toujours des "Jeunes avec Macron du Rhône", indiquant qu'Augustin Michaely, référent local des JAM, était suspendu de ses fonctions "après sa prise de position individuelle contre la décision de la Commission Nationale d'Investiture. Hier Gérard Collomb a été investi comme candidat officiel de la République en Marche [...] Les jeunes avec Macron qui sont membres de cette commission sont pleinement solidaires de cette décision [...) Notre Mouvement sert l'engagement des jeunes en politique et ne saurait en aucun cas être l'instrument d'ambitions politiques personnelles". Néanmoins, selon plusieurs sources et contrairement à ce qu'indique le second communiqué, le premier était "tout sauf une prise de position individuelle". Sur la grosse cinquantaine de Jeunes avec Macron actifs sur l'agglomération de Lyon, une bonne moitié avait signé une lettre de soutien demandant l'investiture de David Kimelfeld. Cette dernière donnée à Gérard Collomb aurait été vécue comme un mépris des opinions locales qui avaient été transmises au national. "Il s'était investi depuis plusieurs mois avec les JAM, nous avait convié à des ateliers, il a tracté avec nous. Lors de la campagne des Européennes, on a vu Gérard Collomb cinq minutes puis il est parti", confie une source interne aux JAM. Une partie des militants devrait donc faire dissidence dès ces prochains jours et faire campagne pour David Kimelfeld. À l'image des élus qui vont devoir désormais se positionner pour un camp ou un autre, les JAM ont pris les devants.

1 commentaire
  1. jbejean - 16 octobre 2019

    Et il y a pas que les JAM ! Il y aussi de nombreux animateurs et adhérents En Marche qui souhaitent soutenir et porter une nouvelle politique progressiste, portés par des citoyens issus de la société civile et non des politiciens qui enchaînent les mandats !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut