Lyon : la Ville se sépare de Cap Canal

La Ville a décidé de vendre l’ensemble des actions qui la liaient à la SAEML Lyon TV Câble, société chargée de l’édition de la chaîne Cap Canal. Un nouveau projet de chaîne pédagogique biculturelle, en langue arabe et en langue française, devrait voir le jour.

C'en est fini de la participation de la Ville de Lyon à Cap Canal. Le conseil municipal a voté ce lundi la cession des actions détenues par la Ville dans le capital de la SAEML Lyon TV Câble. "Le dossier vedette" de la soirée, a ironisé Gérard Collomb. En 2012, la Ville de Lyon avait confié à la SAEML l'édition de Cap Canal.

La chaîne, plutôt confidentielle, dédiée aux questions d'éducation a reçu 360 000 euros de la Ville en 2012 et 2013. Un investissement total que le maire du 2e arrondissement, Denis Broliquier, estime à 4 millions d'euros depuis le début de la chaîne.

Crèches et bibliothèques

"4 millions d'euros, ce sont 150 places en crèche supplémentaires, c'est le coût de la future bibliothèque sur la friche RVI, c'est le quart de la réforme des rythmes scolaires", martèle l'élu. "Vous voulez couper définitivement le cordon avec Cap Canal, bravo. Il aura fallu le départ d'Yves Fournel [ancien adjoint à l'éducation, NdlR] pour que vous preniez cette décision", note Denis Broliquier, qui explique ce long soutien à la chaîne en évoquant "des accords politiques opaques". "Reconnaissez-vous, monsieur le maire, que vous vous êtes trompé ?" interpelle l'édile centriste.

Officiellement, pour la mairie, "la perte progressive de la dimension de service public local de cette chaîne de télévision conduit la Ville de Lyon à se retirer, à terme, du capital de la société". "Ainsi s'achève une belle aventure qui a permis aux enfants lyonnais de voir des programmes de qualité", se contente de commenter Gérard Collomb, non sans une certaine ironie.

Une nouvelle chaîne biculturelle

Mais qui veut racheter la SAEM Lyon TV Câble, cette société que la majorité des élus du conseil municipal raillent ? Hassan El Ouakhchachi, éditeur et producteur de livres scolaires et éducatifs au Maroc, et Marine Elek, actuelle directrice de Lyon TV Câble, reprendraient la totalité des actions de la société.

"La ligne éditoriale du futur projet de chaîne reste éducative et a pour particularité d'être biculturelle, en langue arabe et en langue française, avec une diffusion sur le territoire français métropolitain et marocain dans un premier temps", explique la délibération de la Ville de Lyon. Cinq axes sont évoqués : l'éducation à la différence et à la tolérance, l'accès à l'éducation pour tous, l'apprentissage de la langue française et de la langue arabe littéraire, l'éducation scientifique et l'éducation à l'image et aux médias.

Pas le jackpot

Après la modification du capital, la société restera sous droit français et basée à Lyon, mais la chaîne, elle, ne conservera pas le nom de Cap Canal. D'autant que le verdict d'un procès intenté par le groupe Canal+ empêche désormais la chaîne de faire usage de son nom historique.

Au final, après des années à y injecter de l'argent, la vente de Lyon TV Câble rapportera à la Ville de Lyon la "coquette" somme de 30 120 euros.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut