Blandine Brocard au 1er tour des législatives dans le Rhône © Tim Douet_

Lyon : Kimelfeld tacle Brocard, députée du Rhône soutien de Collomb

Le président de la métropole de Lyon reproche à sa “camarade” LREM d’avoir aimé un tweet “de soutien à Robert Ménard” publié par une députée exclue du parti présidentiel pour ses positions sur la PMA.

Il y a de l'eau dans le gaz de la Macronie à Lyon. Dans un tweet publié ce vendredi, David Kimelfeld a critiqué la députée LREM Blandine Brocard. “Comment est-il possible qu’une députée LREM puisse “aimer” un tweet de soutien à Robert Ménard, faux-nez du RN, qui plus est lorsqu’il est posté par une femme exclue pour ses positions réactionnaires ? Chère Blandine brocard LREM est progressiste !”, a écrit le président de la métropole.

En effet, l'élue de l'Ouest lyonnais a “aimé” jeudi, un tweet d'Agnès Thill qui défendait la rencontre entre François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux Européennes et Robert Ménard, le maire de Béziers, proche du Rassemblement national. Un like doublement polémique pour David Kimelfeld puisqu'Agnès Thill a été exclue de LREM pour ses prises de position sur l'ouverture de la PMA pour toute à laquelle était aussi opposée Blandine Brocard. Agnès Thill avait notamment dénoncé un soi-disant “puissant lobby LGBT à l’Assemblée” et déclaré que l'absence de lien biologique va favoriser “l'éclosion d'écoles coraniques”.

L'attaque de David Kimelfeld pourrait aussi avoir des raisons plus locales puisque Blandine Brocard a officiellement soutenu Gérard Collomb pour l'élection métropolitaine de 2020. La députée était d'ailleurs présente lors de la conférence de presse organisée par le maire de Lyon le lendemain de l'annonce de son investiture par LREM. Le tacle du président de la métropole de Lyon a reçu le soutien de Thomas Rudigoz, collègue LREM de Blandine Brocard à l'assemblée nationale et soutien officiel de Kimelfeld.

 

à lire également
David Kimelfeld engrange de nouveaux soutiens avec l’annonce, ce jeudi, d’un partenariat avec les élus du groupe Synergies. Le nouveau mode de scrutin affaiblit leurs poids politique mais permet au président de la métropole de s’appuyer sur des élus bien ancrés sur l’une des circonscriptions les plus indécises.
5 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 1 novembre 2019

    Encore un bien bel exemple de "politique spectacle", éloigné des débats de fond.

    Alors, quelle ville de Lyon voulons-nous demain ? Quelle métropole voulons-nous ? (en voulons-nous de ce machin qui embrouille toujours plus le "qui fait quoi et le qui paye quoi" !)

    1. vieux caladois - 1 novembre 2019

      ah c'est bien vous qui avez écrit :
      Abolition_de_la_monnaie - 30 octobre 2019
      je ne suis pas comme vous à militer pour les milices de citoyens armés
      et bien entendu vous vous êtes dégonflé sans donner d'explications ! comme d'habitude…

      1. Abolition_de_la_monnaie - 1 novembre 2019

        Dites monsieur, quand est-ce que vous allez lire la réponse que je vous ai écrite le jour même au lieu de continuer à raconter des salades en permanence sur plusieurs pages (ce qui s'assimile à du harcèlement punissable par la loi ?)
        Mais peut être avez vous perdu la page d'origine ?
        Un peu perdu dans votre tête et ailleurs non ?

  2. JANUS - 1 novembre 2019

    Au moins ce début de campagne préélectorale met à jour les postures profondes de Kim 1°. Cela simplifiera le choix à venir des listes municipales.

    1. vieux caladois - 2 novembre 2019

      il va même y avoir une association appelée K and K !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut