Le projet d'Etienne Blanc pour les berges du Rhône
Le projet d’Etienne Blanc pour les berges du Rhône

Lyon : Étienne Blanc présente sa version des berges du Rhône

Étienne Blanc part à la reconquête des fleuves. Ce mardi, il a présenté sa version personnelle des berges du Rhône. Sur la rive droite, il projette d’installer trois quais flottants qui abriteront des activités sportives ou culturelles.

Étienne Blanc tient le premier effet “waouh” de la campagne. Ce mardi, il a présenté, en bateau, ses propres berges du Rhône, image de synthèse à l’appui. Sur la rive droite, le candidat des Républicains compte installer des plateformes flottantes de 150 mètres installés sur le fleuve. Il commencerait par trois aménagements dans le mandat à venir puis deux sur le suivant. Les premiers seraient installés sur le Rhône. La plateforme de Perrache serait dédiée aux artisans. Celle de Bellecour, plus végétale, aux activités sportives et celle de l’Opéra à la culture avec un cinéma de plein air. “Nous avons voulu que dans cet espace triste, minéral, bétonné, les Lyonnais se réapproprient leur fleuve”, souligne Étienne Blanc. Pour le candidat de la droite, il s’agit aussi de lutter contre le manque d’espace en ville. Ces nouvelles berges, il les chiffre à une vingtaine de millions d’euros.

Un des aménagements de la rive droite du Rhône proposé par Etienne Blanc
Un des aménagements de la rive droite du Rhône proposé par Etienne Blanc

Des quais aussi réaménagés

Interrogé sur le paradoxe de faire de l’environnement une priorité et d’aménager l’un des rares lieux de Lyon qui reste naturel, Étienne Blanc ne voit pas de contradiction : “pour se protéger de l’eau, la ville a été bétonnée et la nature a été chassée. Avec ce projet, nous rendons des espaces naturels aux Lyonnais”. L’aménagement de ces nouvelles berges à fleur d’eau se conjuguerait aussi avec une déqualification des berges hautes. À partir du lycée Récamier, les quais seraient réaménagés avec deux fois deux voies pour les voitures, un couloir de bus en site en propre, des pistes cyclables et un trottoir à flanc de Rhône.

à lire également
Le nouveau maire de Lyon promet une alternance sur le fond comme sur la forme. Grégory Doucet prône davantage de transversalité pour une démocratie plus participative. Il s’adresse aussi aux acteurs, souvent économiques, qui durant la fin de la campagne municipale ont exprimé leur crainte d’une vague verte.
Faire défiler vers le haut