Blocage du port Edouard-Herriot par la FNSEA – Lyon, le 11 juin 2018 © Jean-Philippe Ksiazek / AFP
Blocage du port Edouard-Herriot par la FNSEA – Lyon, le 11 juin 2018 © Jean-Philippe Ksiazek / AFP
Article payant

Lobbys : éternelle mainmise de la FNSEA sur l’agriculture

Le lobby agricole est à la manœuvre pour mettre sous le boisseau les risques alimentaires liés notamment aux produits phytosanitaires. En Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez est l’un des principaux soutiens de la FNSEA, premier syndicat agricole.

“Vous avez vu le poids du lobby via Stéphane Travert  ! ? Le ministre de l’Agriculture a toujours été à la solde de la FNSEA !” Comme dirait le proverbe agricole, “pour s’enrichir par la charrue, il faut en tenir soi-même les cornes”. De l’avis de la députée européenne Michèle Rivasi, ce sont les lobbys qui tiennent les cornes, et prospèrent. Quant à l’intérêt général, celui des consommateurs, il a été étouffé par les intérêts des industriels. En d’autres termes, les intérêts privés l’ont emporté sur les enjeux de santé publique. S’il y a un événement qui a mis en exergue le genre d’offensive dont est capable le lobby agroalimentaire, c’est bien l’examen de la loi “Alimentation et agriculture” – “pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agroalimentaire”. Près de 3 000 amendements déposés, cent ou deux cents heures de débat, des pressions de tout poil sur les parlementaires, des textes clés en main destinés aux députés et sénateurs, etc. “En principe, les groupes de pression organisent des rendez-vous dans des lieux agréables, ce genre de choses, explique Catherine Lemorton, l’ancienne présidente de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Le lobby qui pousse la porte quand une loi arrive, c’est le plus maladroit.” Mais, sur la loi Alimentation, le lobby agricole y est allé avec ses gros sabots.

Il vous reste 82 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Thierry Coste, lobbyiste des chasseurs, et Gilles Chabert, conseiller montagne de Laurent Wauquiez © Brut / MaxPPP (montage LC)
Gilles Chabert, le conseiller spécial Montagne de Laurent Wauquiez, possède un carnet d’adresses bien rempli. Quant à Thierry Coste, le lobbyiste en chef des chasseurs, il a courroucé Nicolas Hulot, qui l’a mentionné au rayon des raisons l’ayant poussé à démissionner – une parmi les nombreuses victoires enregistrées par les chasseurs depuis le début du quinquennat Macron.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut