Daclin cantonales
© Tim Douet

Les socialistes lyonnais qui ne repartent pas

Pesson Alexandrine © DR

Volontairement ou non, avec soulagement ou à regret, une poignée de socialistes ne repartiront pas sur les listes de Gérard Collomb. Les listes votées par les militants PS jeudi soir ne comptent plus de vieux compagnons de route du maire de Lyon : Daclin, Pesson, Gelas, Roure. Il manque aussi par rapport à 2008 Nathalie Perrin-Gilbert.

Le vote des militants sonne l'heure de la retraite pour certains caciques de l'équipe Collomb. Trois maires d'arrondissement cèdent leur place. Jean-Pierre Flaconèche, maire du 7e, l'avait promis dès 2008. Dans le 5e, Alexandrine Pesson cède la place. "Enfin", diront certains socialistes de l'arrondissement. En 2008, Gérard Collomb avait déjà tenté de débarquer une élue avec qui il avait conquis la ville en 2001. Dernier maire non reconduit et scénario bien différent pour Nathalie Perrin-Gilbert. La maire du 1er est entrée en dissidence. Elle est actuellement en congé du PS et tente de s'unir aux écolos et aux communistes pour forcer Gérard Collomb à décentrer sa politique vers la gauche.

Une tribune d'adjoints à recomposer

Jean-Louis Touraine en 2011 © Tim Douet

© Tim Douet
Jean-Louis Touraine.

Parmi les adjoints, Sylvie Guillaume (Affaires sociales), Jean-Michel Daclin (Relations internationales) ne rempilent pas pour un troisième mandat. Jean-Louis Touraine a, lui, promis de ne plus être adjoint. Il est toutefois en position éligible dans le 8e. La tribune des adjoints devait être chamboulée en cas de réélection de Gérard Collomb. Chez les partenaires de la gauche plurielle, Louis Lévêque (Logement), Gilles Buna (Urbanisme), Thierry Braillard (Sports) ont annoncé leur souhait de passer à autre chose.

Muet ()

© tim douet

D'autres compagnons de route historiques de Gérard Collomb disparaissent aussi des listes socialistes : le couple Deschamps-Roure, Nadine Gelas (vice-présidente du Grand Lyon) ou encore Pierre-Alain Muet (député). Si les listes font la part belle aux sortants ou aux apparatchiks, elles marquent aussi la fin d'une génération : celle de la conquête du pouvoir.

à lire également
Lors de son passage au ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb a été sanctionné de la moitié de ses indemnités de conseiller métropolitain à cause de son absence. Une “amende” qu'il a compensée en trouvant une nouvelle source de revenus au sein du Sepal. Le maire de Lyon aura ainsi reçu 9149€ en 2018 dans un syndicat mixte où il ne siégeait pas.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut