Andrea Kotarac © Tim Douet

Le Parti de gauche dénonce “l’opportunisme écœurant” de Kotarac

Le Parti de gauche, désormais ancienne formation politique d’Andréa Kotarac, après l’annonce de son soutien au Rassemblement national, a dit dans un communiqué “avoir appris avec consternation et par la presse son ralliement”.

“Voilà qui a de quoi étonner sachant que la semaine précédente encore, cet individu faisait campagne pour La France Insoumise. Sauf à imaginer quelque coup de tête improbable et idiot, et nous le connaissons suffisamment pour savoir que ce n’est pas le cas, il s’agit donc d’une trahison préméditée, destinée à être annoncée au moment où elle nous ferait le plus de mal pour les élections européennes et concertée avec les cadres du RN, au vu de la promptitude avec laquelle le RN l’a relayée”, a déclaré le Parti de gauche. La formation politique dénonce “un spectacle d’opportunisme écœurant”.

“Voir un homme que nous avons appelé “camarade” renier ainsi les valeurs que nous avons défendues ensemble pendant des années est un spectacle déplorable. Il ose en plus dire que, s’il appelle à voter pour le RN, c’est pour faire barrage au parti au pouvoir La République En Marche : mais lui faire barrage pour mettre quoi à la place ? Le Rassemblement national est un parti qui porte un programme et des valeurs à l’opposé du Parti de Gauche et de La France Insoumise, et M. Kotarac le sait très bien : c’est un parti qui s’oppose à la hausse du SMIC, encore aujourd’hui en plein mouvement des gilets jaunes, qui soutient le report de l’âge de départ à la retraite, qui n’a aucune intention de mettre fin à la destruction de l’environnement et des vies des travailleurs par une poignée de grands actionnaires, et qui appelle à laisser se noyer des milliers de réfugiés que nous avons le pouvoir et le devoir de secourir ; c’est un parti fondé par le groupuscule fasciste violent Ordre Nouveau et qui compte aujourd’hui encore dans ses rangs des fascistes aussi assumés que Philippe Vardon du Bloc identitaire ou les anciens du GUD Frédéric Châtillon et Axel Loustau, proches de Marine Le Pen. M. Kotarac le sait, bien qu’il fasse semblant de l’avoir oublié”, ajoute le Parti de gauche dans son long communiqué.

Ce lundi, Andréa Kotarac, ancien candidat de La France insoumise aux législatives dans la 7e circonscription du Rhône, a annoncé qu'il allait quitter son mandat régional. “J'appelle à voter pour la seule liste souverainiste qui met en avant l’indépendance de la France et qui est la mieux à même de faire barrage à Macron : la liste de Jordan Bardella”, a-t-il déclaré pour justifier son soutien au RN. “J'ai vu une balkanisation, une communautarisation de la société française, j'ai vu des concepts diviseurs s'installer au sein de LFI ou à l'Unef : réunion réservée aux femmes, écriture inclusive, “Notre-Dame est un délire de Blancs”, IFCM (…) On ne défend plus les intérêts du peuple, mais ceux de la gauche (...) J'ai décidé de quitter La France insoumise (...) Mélenchon n'est pas un dictateur ou Dracula (...), mais sa pensée est minoritaire au sein de LFI”, a notamment déclaré l'ancien élu régional.

Élu La France insoumise, Andréa Kotarac soutient le Rassemblement national

à lire également
Elliott Aubin (France Insoumise), le 23 mars 2019 à Lyon © Maxime Jegat / PhotoPQR-MaxPPP
Entretien – Aux municipales de 2014 à Lyon, ils étaient apparus en binôme sur la scène politique. Elliott Aubin et Andréa Kotarac étaient les visages de la France Insoumise, des camarades et des amis. Passé la sidération, l’élu du 1er arrondissement cède à une colère d’abord politique. Il revient sur une “trahison qui laissera des traces” et tente de casser toute sensation de porosité entre le positionnement des Insoumis et celui du nouveau parti de son ancien camarade.
1 commentaire
  1. Galapiat - 17 mai 2019

    bien mignon le transfuge avec son foulard rouge comme Christian Barbier des gens de convictions, Si, Si il ont la conviction qu'ils vont gagner plus en trahisant plus.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut