Le maire LR de St-Etienne appelle à un "sursaut éthique"

Gaël Perdriau a publié ce mercredi une tribune sur le site du journal Le Monde pour demander à François Fillon de se retirer "au nom d'une éthique".

Des soutiens perdus, comme celui de Bruno Le Maire, des appels à parrainer Alain Juppé, comme celui du député du Rhône Georges Fenech : la candidature de François Fillon, malgré une mise en examen par la justice le 15 mars prochain, n'en finit plus de diviser les rangs de la droite. Ce mercredi, le maire Les Républicains de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, publie une tribune sur le site du journal Le Monde pour appeler, "au sein de sa famille", à un "sursaut éthique qui [leur] permettra de transcender les "écuries" personnelles au nom de l'intérêt général, y compris au prix du retrait de certains". Comparant la situation actuelle "au naufrage de la IIIe République" et faisant sienne l'analyse de Bill Clinton de 1992, le maire de Saint-Etienne estime que face à une France qui souffre se trouve "une classe politique sclérosée dans son ensemble et incapable de proposer autre chose qu'un discours lénifiant sur une mythique croissance qui nous tend les bras". Soutien de Bruno Le Maire lors de la primaire, qui a annoncé hier se retirer de la campagne de François Fillon, Gaël Perdriau veut "renouer avec cet intérêt supérieur qui justifie tout engagement politique" et appelle "les élus de terrain [...] au nom même des valeurs de la République, [à] exiger que ceux qui aspirent à guider la nation soient irréprochables comme l'était le fondateur de la Vème République", en référence au général de Gaulle. Si le nom François Fillon est absent de sa tribune, le message semble lui être destiné, lui, qui avait, pendant un meeting de campagne cet été, lancé à l'attention de Nicolas Sarkozy : "qui imagine un seul instant le Général de Gaulle mis en examen ?"

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut