Le discours de passation de pouvoir de Gérard Collomb à l'Intérieur

Retrouvez le discours de passation de pouvoir de Gérard Collomb lors de son arrivée au ministère de l’Intérieur.

"Je voudrais commencer par remercier le président de la République, le Premier ministre pour la confiance qu’ils me témoignent en me nommant ici dans ce grand ministère. Je ne vous cacherais pas que c’est avec un petit pincement de coeur que je vais abandonner les fonctions de maire de Lyon et de président de la métropole. Depuis 15 ans, j’y avais mis toute mon âme et mon énergie. C’est avec énergie que je veux participer à ce ministère fondamental pour nos concitoyens.Il y a des défis pour retrouver la confiance en nous même : défis économiques, écologiques et défi et le défi qui est le nôtre, peut-être celui qui est prioritaire pour nos concitoyens, celui de la sécurité. C’est bien évidemment la lutte contre le terrorisme. Nous savons tous que l’Europe et en particulier la France est la cible des terroristes et j’ai conscience en arrivant ici que mon premier devoir sera de tout faire pour protéger nos concitoyens. Nous travaillerons ensemble avec les services pour faire en sorte que nous puissions protéger de cette menace. Cette menace est multiforme. Elle vient de l’étranger, mais elle s’est hélas enracinée sur notre territoire. Mes efforts constants seront d’éviter qu’un certain nombre de jeunes nés en France puissent demain tomber dans la radicalisation et sous l’emprise de Daesh. Il y a la lutte contre le terrorisme, mais aussi la lutte pour améliorer la sécurité de nos concitoyens. J’ai toujours pensé comme maire de Lyon que la tranquillité était la première des libertés publiques. Quand on rentre chez soi le soir on ne doit pas avoir d’appréhension. Lorsque l’on est une jeune femme que l’on prend les transports en commun on doit pouvoir le faire sans crainte. Et donc je lutterai de manière énergique pour faire en sorte que l’insécurité puisse reculer dans notre pays. Qu’il n’y ait pas de zone de non-droit. Que le délit, l’incivilité peuvent être immédiatement sanctionnés."

Dans son discours de passation de pouvoir, Gérard Collomb s'est ensuite adressé aux policiers dont il devient le patron. Il leur a ainsi promos plus de moyens : "lors du quinquennat précédent, des mesures ont été prises pour augmenter le nombre de fonctionnaires, mais je veux mettre l'accent sur les conditions de travail de nos fonctionnaires. Je sais aujourd'hui que le manque de moyens fait que pour avoir un véhicule opérationnel, c'est compliqué. Je connais des commissariats où beaucoup d'entre nous ne voudraient pas travailler". Il a conclu son discours en évoquant la laïcité. En tant que ministre de l'Intérieur, il est, en effet, chargé des relations avec les cultes : "je reprendrai la laïcité telle que défendue par Aristide Briant dans la loi de 1905 : "il disait que cette loi est une liberté. La liberté de croire ou de ne pas croire. La liberté pour celles et ceux qui croient de pratiquer librement leur religion tant qu'elle ne fait pas obstacle à la loi de la République. C'est ainsi que nous concevrons la liberté des cultes".

Il s'est enfin posé en garant de la promesse républicaine :" trop de gens désespèrent de la République. Ils pensent que la promesse est vaine. Je veux qu'ils aient à nouveau confiance en l'avenir de notre pays. Rassembler la France, c'est faire en sorte que chacun se sente membre à part entière de la nation. Ce sera ma mission".

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut