La fille de Mélenchon répond aux accusations de népotisme

Dans une vidéo, Jean-Luc Mélenchon est accusé de népotisme par Christian Schoettl, élu de l’Essonne. Sa fille, Maryline Mélenchon, adjointe au maire du 4e arrondissement de Lyon de mars 2008 à février 2009 dénonce "des attaques ignobles".

Dans un entretien publié mercredi dernier sur le site du mensuel Capital, le vieil ennemi de Jean-Luc Mélenchon, Christian Schoettl, excédé par les propos du leader de la France insoumise visant François Fillon, l’accuse de népotisme. Selon l’ancien conseiller départemental, Jean-Luc Mélenchon aurait fait embaucher sa fille au Conseil général de l’Essonne alors qu’il n’y était plus élu. Il assure par ailleurs qu’il aurait permis à sa fille de décrocher un poste à la mairie de Viry-Châtillon en 1998.

Habituellement discrète, Maryline Mélenchon a souhaité répondre à ces "attaques ignobles" qui la visent dans une lettre publié sur le réseau social Facebook. Elle y annonce avoir lancé une procédure judiciaire en urgence pour diffamation auprès du tribunal de grande instance de Paris. L’ancienne élue lyonnaise qualifie d’ "insupportable" de laisser penser qu’elle a "pu bénéficier de privilèges". "Mon nom m’a plus souvent fermé des portes qu’il m’en a ouvert", ajoute-t-elle avant de revenir sur son parcours professionnel : "J’ai été recrutée au conseil général par voie de mutation selon les règles normales de la fonction publique territoriale (…) M. Schoettl sait très bien, également, qu’au moment de ma mutation, Jean-Luc n’est plus élu au conseil général depuis plus de 5 ans et qu’il a déjà quitté le PS qui gère cette collectivité."

Dans sa lettre, Maryline Mélenchon revient aussi, sans donner de détail, sur les raisons qui l’ont poussé à quitter Lyon : "M. Schoettl affirme que j’ai déménagé de Lyon à l’Ile-de-France parce que j’avais perdu "lamentablement" une élection. C'est totalement faux. En réalité j’ai été élue aux municipales de 2008 et contrainte de démissionner en 2009. Je voulais revenir chez moi en Essonne car le père de mon enfant de 18 mois s’y trouvait et que notre famille était éclatée par la distance."

Habitué à formuler des accusations à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon, Christian Schoettl retrouvera la fille du leader de la France insoumise pour connaitre le jugement qui doit tomber le 4 avril prochain.

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Retour aux affaires lyonnaises pour Gérard Collomb ? Le ministre de l'Intérieur veut lancer dès septembre son association “Prendre un temps d’avance”, ouverte à la société civile, pour engager une dialogue sur l’avenir de la Métropole. Quand il s’agit de politique lyonnaise, Gérard Collomb ne perd pas temps. En témoigne son nouveau projet d’association ouverte à […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut