La droite peine à donner du sens à sa division

Le conseil municipal du 12 avril était particulier pour la droite. Les ex-millonistes inauguraient leur nouveau groupe. Emmanuel Hamelin qui s’est déclaré candidat pour 2014 siégeait toujours aux côtés de Michel Havard, le patron contesté de la droite lyonnaise. Mais au final, leurs divergences ne sautent pas aux yeux.

Après deux ans d’investiture, le conseil municipal de lundi soir a des airs de nouveauté. Surtout à droite où les millonistes étrennent leur tout nouveau groupe Lyon Divers Droite. Il y a aussi Emmanuel Hamelin qui siége pour la première fois depuis qu’il a annoncé ses ambitions de 2014 aux côtés de Michel Havard. L’ambiance est donc particulière. À peine arrivé, Denis Broliquier, le patron des Divers Droite, vient demander des explications à Nora Berra qui a affirmé que la scission des millonistes est un non-évènement. Droite dans ses bottes, elle le lui confirme.

Le Grand Stade, pomme de discorde entre Havard et Broliquier

Qu’a changé alors le départ des ex-millonistes du groupe Ensemble Pour Lyon ? Pour le voir, il suffit d’entendre le ton très solennel de Denis Broliquier qui, dès sa première prise de parole, annonce sa candidature pour 2014 avant d’attaquer sévèrement Gérard Collomb. Il ponctue toutefois la présentation de son nouveau groupe d’un lapsus pas vraiment révélateur. Il s’adresse ainsi à Gérard Collomb en l’appelant “Monsieur le Père”. Durant le reste du conseil municipal, il sera moins amical. Sur la SACVL, il dénonce “un scandale financier”. Sur l’autre dossier épineux à l’ordre du jour, le Grand Stade, Denis Broliquier fait valoir le principal argument qui l’a poussé à sortir du groupe Ensemble pour Lyon, à dominante UMP.

Il est pour, à la différence de Michel Havard qui sans être contre ne dévoile toujours pas le fond de sa pensée, son groupe s’abstenant souvent sur ce dossier. Mais pour le patron de Lyon Divers Droite chaque sujet doit être l’occasion de porter un coup à Gérard Collomb même s’il est d’accord sur le fond. “Sur ce dossier, vous avez tendu la perche aux opposants. Une fois de plus, la méthode n’est pas la bonne. Vous avez suscité frustrations et rancœurs. Quel dommage pour un si beau projet”, vitupère-t-il en s’en prenant à son manque de concertation.

De son côté, Michel Havard, sur l’aménagement des voies de tram qui permettront de desservir le Grand Stade, dénonce le même pilotage “hasardeux” et vote pour. Non pas pour le besoin impérieux de réaliser l’OL Land mais pour permettre à la concertation prévue d'avoir lieu. Une position qui ménage une fois de plus la chèvre et le choux. Au sortir du conseil municipal de lundi soir, il semble que ces postures soient la principale ligne de fracture entre le Lyon Divers Droite de Denis Broliquier et le groupe Ensemble pour Lyon de Michel Havard. Sur les autres sujets, les analyses des uns et des autres ne diffèrent pas vraiment.

Hamelin rigolard

Quant à Emmanuel Hamelin, il apparaît détendu et il est même surpris en train de rigoler avec Michel Havard. Pour lui, ce premier conseil municipal en tant que challenger ressemble aux autres. Sans groupe politique, il doit respecter la répartition des temps de paroles à l’UMP. Alors, il ne s’est exprimé que sur la SACVL. Un sujet qu’il portait déjà avant. Rien de nouveau pour lui. Cette droite divisée n’apporte pas son lot de chamboulements dans la vie du conseil municipal. Le changement le plus notable est anecdotique. Michel Havard a repris la clope. Mais il jure que ce n’est pas en rapport avec ce qu’il nomme : “le bordel”. Son groupe s’est disloqué au plus grand bonheur de Gérard Collomb qui a adressé quelques piques à cette droite mitée.

à lire également
Après l'attaque de Strasbourg qui a fait trois morts et treize blessés, Gérard Collomb a présenté le dispositif de sécurité du marché de Noël à Lyon. Il est également revenu sur les Gilets jaunes, appelant "à la retenue" dans le contexte actuel. 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut