Collomb + Rudigoz_0016
@ Floriane Salgues

Gérard Collomb en renfort dans le Ve canton

Gérard Collomb s'est invité, ce mercredi 9 mars, dans la campagne des cantonales. Le Sénateur-Maire de Lyon a offert au candidat sortant du 5e arrondissement lyonnais, Thomas Rudigoz, un petit bain médiatique. Il pourrait se révéler déterminant face aux bons résultats des Verts aux dernières élections européennes et régionales dans le quartier.

Mercredi matin, 11h, à la sortie du funiculaire Saint-Just, 5e arrondissement de Lyon. Le candidat aux cantonales Thomas Rudigoz, soutenu par le Parti radical de gauche et le Parti socialiste, accompagné de sa remplaçante Gilda Hobert, attend patiemment le Maire de Lyon. ''Il arrive de Paris par le train et aura un peu de retard'', annonce-t-on parmi les politiques. Quarante-cinq minutes plus tard, Gérard Collomb fait, enfin, son apparition sous le soleil lyonnais. Le maire socialiste, à l'emploi du temps surchargé, est venu affirmer son appui à la candidature du conseiller général sortant. Et compte bien déployer toute son énergie et son capital sympathie dans la manoeuvre.

''C'est un bon, lui, faîtes-lui de la pub''

Au pas de course, les deux hommes, suivis d'une petite troupe de journalistes et de personnalités politiques locales – parmi lesquelles Christian De Salins, Premier adjoint au Maire du 5e arrondissement et Malou Sgorbini, membre PS du conseil de quartier – entament la tournée des commerçants de la rue de Trion. Gérard Collomb, en tête, impose le rythme et l'ambiance. En poussant la porte de chaque boutique, il s'enquiert du bon moral des futurs électeurs, ponctue chaque déclaration d'un ''C'est bien !'' et n'oublie pas d'ajouter en faveur de Thomas Rudigoz, ''c'est un bon, lui, faîtes-lui de la pub, il est super bien''.

Presse, fleuriste, pharmacie, bars, salons de coiffure, pâtisserie, et cordonnerie... En une heure, la plupart des commerces du quartier sont passées au crible de la distribution de tracts. Jusqu'au boucher-charcutier du petit marché de la rue de l'Ange, auquel Gérard Collomb achète grattons et rosettes pour un apéro improvisé au Cercle bouliste Saint-Irénée. ''C'est ma contribution à la campagne'' plaisante celui qui profite de cette sortie de terrain pour discuter de son livre – Et si la France s'éveillait, paru chez Plon le 3 mars dernier – ou de l'avancée du Grand Stade. Au Cercle bouliste se termine donc la participation du Maire à la campagne de l'élu. Ambiance détendue autour d'un verre de rosé. Le patron du Cercle a même sorti pour l'occasion l'une des premières affiches électorales du candidat Collomb, méconnaissable avec ses lunettes rectangulaires, sa moustache et ses cheveux bruns.

Hasard du calendrier peut-être, Gérard Collomb médiatise son premier soutien à un candidat aux élections cantonales le jour de la venue de la Secrétaire nationale du Parti Socialiste, Martine Aubry. Hasard du calendrier toujours, il s'envole vers Cannes pour le Marché international des professionnels de l'immobilier (MIPIM) l'après-midi même de la venue de la leader socialiste à Lyon.

à lire également
Étienne Blanc, à l’hôtel de région, en mai 2018 © Tim Douet
À la fin de l'assemblée générale des maires de l'Ain, le n°2 de Laurent Wauquiez à la région a annoncé se consacrer plus activement à la préparation  des municipales de 2020 d'ici quelques mois.
1 commentaire
  1. lyonnais - 10 mars 2011

    De quoi ont-ils parlé depuis la colline. Des erreurs que césar à fait de Lyon (Part-Dieu comme Perrache... et l'Antiquaille)comme si on pouvait jouer avec notre ville de la même façon que si on jouait à Sim's City et rayé d'un coup de baguette magique ce qui ne va pas.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut