Génocide Arménien : Bret fait la chasse au négationnisme

Cette dernière, d'origine turque, choquée par la question, a mis du temps à répondre. Puis s'est prononcé clairement pour la reconnaissance du génocide. Bret, qui comme député s'était beaucoup battu sur ce sujet, lui a alors demandé une prise de position publique. Elle s'est exécutée. Puis, considérant qu'elle était "réduite à ses origines", elle a renoncé à se présenter aux municipales. Et certains d'accuser Bret d'un zèle trop tatillon, voire de pratiques "discriminatoires". Fin de l'histoire ? Pas tout à fait. Mardi, un élément nouveau est venu de fait donner raison à Bret. Son équipe révèle dans un communiqué que l'intéressée avait participé à une manifestation négationniste en mars 2006, contre le monument à la mémoire du génocide des Arméniens. "On a eu l'information hier. C'est elle qui l'a reconnu, après avoir renoncé à être présente sur les listes. Si nous l'avions su plus tôt, cela n'aurait pas fait débat ! On ne préjuge pas de sa sincérité, mais politiquement sa présence sur nos listes était impossible" explique le directeur de campagne de Bret.
Chef de file des Verts, Béatrice Vessiller tempère : "À l'époque nous avions condamné clairement cette manifestation négationniste. Elle nous dit qu'elle a essayé de tempérer les manifestants, et qu'elle s'y était rendu au nom de la non-stigmatisation de la communauté turque. Nous l'entendons".
L'affaire devrait de toutes façons en rester là, puisque l'intéressée a retiré sa candidature.

à lire également
A moins d’un mois du premier tour des élections municipales, le 15 mars 2020, le scrutin est plus que jamais incertain à Lyon. Les célèbres bookmakers anglais auraient bien du mal à dégager une tendance et un favori. Tant la course est ouverte, très ouverte. Et deux tours d’élections pourraient ne pas être suffisants pour dégager l’heureux élu.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut