Bâtiment squatté par le Gud (Lyon 2e).
© Tim Douet

Génération.s ne veut pas que Lyon devienne “Facholand”

Le mouvement Génération.s des 5e et 9e arrondissements a critiqué l’inaction de Gérard Collomb et de la municipalité face à l’installation de l’extrême droite à Lyon. Il demande la dissolution des groupuscules et la fermeture du pavillon noir.

Dans un communiqué, le mouvement Génération.s de Benoît Hamon des 5e et 9e arrondissements a dénoncé l'inaction de la mairie de Lyon et de Gérard Collomb face à l'extrême droite. “Lyon n’est pas ‘Facholand’, sortons notre ville de la léthargie !”, a tancé le mouvement qui regrette que depuis 2002 “les courants d’extrême droite pullulent en bord de Saône, multipliant les agressions à caractères raciste et homophobe, les actions coup-de-poing, sans que la Ville de Lyon ne fasse quoi que ce soit.” “Gérard Collomb et ses obligés laissent en effet Lyon devenir un carrefour des droites dures au détriment de sa tradition démocratique et modérée, espérant incarner le seul recours à cette dangereuse perspective politique”, ont-ils ajouté.

Un salon de tatouage tenu par un militant néo-fasciste italien de Casapound rue Lainerie, une boutique de vêtements rue Juiverie tenue par un ancien responsable national du GUD exilé d’Ile-de-France pour des raisons judiciaires, voilà qu’après les locaux associatifs miteux où l’on enseigne les sports de combat, l’extrême droite développe sans vergogne son économie parallèle. Autrefois honteuse et fantomatique dans la capitale de la Résistance, la peste brune se revendique, pérore en jouissant d’une certaine impunité et a aujourd’hui pignon sur rue”, déplorent les membres du mouvement qui voient aussi d'un mauvais œil l'arriver à Lyon de l'Issep l'école de Marion Maréchal-Le Pen.

Génération. s exige solennellement du Président et du Premier ministre la dissolution en conseil des ministres de tous les groupuscules d’extrême droite à Lyon comme ailleurs, à commencer par le Bastion social (ex-GUD), comme la Loi le prévoit depuis 1936 et comme cela a déjà été appliqué près d’une centaine de fois. Notre mouvement revendique d’une part la fermeture du Pavillon noir et sera d’autre part attentif à ce qui se passe à l’ISSEP, notamment à la légalité du contenu des enseignements dispensés”, concluent-ils.

à lire également
Gérard Collomb juste après sa réélection comme maire de Lyon, le 5 novembre 2018 © Tim Douet
Dans une opération de communication visiblement organisée avec une partie des élus Synergies – Avenir, Gérard Collomb a fait part de sa vision pour l'avenir de la métropole qui passerait pour le maire de Lyon par la création d'un “Sénat territorial”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut