Collomb et Tete
© Tim Douet

Etienne Tête réintégrable ?

Pierre Hémon, président du groupe vert à la ville de Lyon, demande instamment à Gérard Collomb, maire PS de Lyon de réintégrer l'adjoint vert, Etienne Tête, qui n'a plus de délégation depuis janvier. Un point de désaccord qui pose la question de l'unité de la majorité à Lyon.

Etienne Tête, l'adjoint vert limogé, devrait-il être réintégré ? Retrouver sa délégation au cadre de vie ? En janvier, cette tête brûlée de la vie politique lyonnaise est devenue la tête de turc de Gérard Collomb, à cause de propos tenus dans l'hebdo Tribune de Lyon concernant le Grand Stade et la gestion de ce projet par le maire socialiste. Malgré une lettre d'excuses et des propos "rapportés de manière inexacte", selon Etienne Tête, ce dernier s'était vu retirer sa délégation en janvier dernier. Sans plus d'explication.

"la situation est complètement bloquée sans Etienne"

Aujourd'hui, le scandale date trois mois et "la situation coince", explique Pierre Hémon, président du Groupe Verts à la ville de Lyon. Pour lui, le maire devrait sérieusement songer à réintégrer l'élu. "Gérard Collomb est un homme pragmatique, avec une intelligence politique, il devrait admettre que la situation est complètement bloquée sans Etienne. Il me semble qu'on pourrait sortir par le haut de cette affaire, sans que ce soit perçu comme un échec ou une humiliation." Etienne Tête, aujourd'hui conseiller régional, est un élu d'envergure pour Europe Ecologie à Lyon.

Pourtant, il avait été mis à l'ordre du jour du prochain conseil municipal une délibération demandant le retrait d'Etienne Tête de la liste des adjoints, elle a finalement été retirée in extremis. Denis Broliquier, maire du 2e arrondissement (divers droite) trouve "curieux" de vouloir retirer Etienne Tête de la liste des adjoints "alors qu' Europe Ecologie fait un score tout à fait honorable aux régionales. Tout cela ne va pas dans le sens de l'écoute des électeurs et cela continue de fragiliser la majorité."

Une réintégration peu probable

Toutefois, l'éventualité d'une réintégration en laisse plus d'un perplexe. Emeline Baume, élue Europe-Ecologie au Grand Lyon, n'est pas aussi optimiste que son collègue, Pierre Hémon : " On est tous unis derrière Etienne et on envisagera des moyens de pression mais je ne suis pas certaine que Collomb va plier." D'ailleurs, Gérard Collomb n'a pas souhaité faire de commentaire. Mais aucun signe ne laisse présager un rétropédalage.

L'opposition ne manque pas d'accuser le maire socialiste d'" autocratisme" ou d'"autoritarisme". Michel Havard, président du groupe "Ensemble pour Lyon" (UMP) à la ville de Lyon : “Les choses n'ont pas été faites correctement vis-à-vis de Tête. On ne vire pas un mec comme ça. Je suis dans opposition, je leur laisse gérer les affaires de la majorité mais je suis attaché au respect du droit." Gilles Buna, 3e adjoint au maire de Lyon (Verts) souhaite qu'Etienne Tête envisage de démissionner : "Bien sûr, le statu quo est maintenu. Etienne Tête conserve son poste jusqu'à la fin du mandat, rien ne l'oblige à démissionner. Mais, il faudrait tout de même en finir de manière raisonnable. Je ne souhaite pas de démission sèche mais qu'on trouve un remplaçant parmi les autres élus verts." La solution serait donc une sorte de chaise musicale, où on écarte ceux qui dérangent pour mettre ceux avec qui l'on s'arrange. Le conseil municipal de la ville de Lyon aura lieu le lundi 12 avril. Et les Verts ont promis de ne pas rester muet sur la question.

La mésentente cordiale dans la majorité

Le cas Tête serait-il révélateur de tensions au sein de la majorité ? Ragaillardis par les bons scores d'Europe Ecologie aux dernières élections, les élus verts de la Ville de Lyon prévoient que Lyon soit une ville expérimentale pour la gauche écologique et solidaire pour 2012 (élections présidentielles) et 2014 (élections municipales). Ils souhaitent "faire de la ville de Lyon le lieu d'une expérimentation de la Gauche écologique et solidaire", une gauche unie, voulue par Martine Aubry (PS), Cécile Duflot (Verts) et Marie-George Buffet (PC). Mais, avant d'envisager "la coopération, l'écoute" avec leurs amis socialistes, dixit Pierre Hémon, président du groupe, il y a quelques différends à résoudre.

Hormis les débats sur le cas Etienne Tête, l'entente cordiale achoppe sur la lubie de Gérard Collomb à propos du Grand Stade et son idée d'accélérer la mise en route du Tronçon Ouest du Périphérique. Les Verts sont contre et n'ont cessé de le répéter. Autre élément de désunion : la gestion "sans concertation" de la ville par son maire, Gérard Collomb. Pierre Hémon insiste : "L'échange égal doit primer sur l'argument d'autorité". Il parle aussi de priorités : "dépenser 1,4 millions dans la vidéosurveillance, c'est dommage. C'est exactement le montant qu'il faudrait pour faire un remonte-vélo à la Croix-Rousse." Pour les Verts, la politique sociale mériterait d'être encore plus exemplaire. "Sylvie Guillaume (chargée de la santé et du social) et Yves Fournel (chargé de la petite enfance) font du bon boulot mais tous les indicateurs sont au rouge. Lyon devrait pouvoir faire mieux."

Citant Daniel Cohn-Bendit, emblème national d'Europe Ecologie, Pierre Hémon explique qu'il faut "changer de logiciel", qu'il faut "une révolution culturelle". A l'évidence, fort de leur nouvelle assise électorale, les Verts n'ont pas prévu de laisser Gérard Collomb tranquille. Du coup, "Lyon comme laboratoire expérimental de la gauche unie et solidaire" reste, pour l'instant, du domaine de la fiction.

à lire également
24 commentaires
  1. Chlorophyle - 9 avril 2010

    Collomb, Frêche ou Royal sont-ils socialistes ? ou même de gauche ?

  2. Chlorophyle - 10 avril 2010

    @Hakim EliasVotre message montre que vous connaissez mal Les Verts.'Tenter d'exister' ? Pardonnez moi, mais ce sont 1/5e deq lyonnais qui ont décidé, par leur vote, de leur accorder leur confiance. C'est le signe d'une adhésion aux idées écologistes. Demander au Maire de Lyon de prendre cet élément en compte est bien un minimum. Le rapport de force a changé, et il va falloir l'intégrer dans le quotidien et surtout dans les décisions.Le 'Grand stade' ? C'est comme le TOP, le COL ou les extensions autoroutières des dossiers sur lesquels Verts et socialistes sont en désaccord. L'accord de majorité actait ce désaccord, et disait qu'au contraire les points d'accord étaient plus forts et justifiaient l'alliance. Mais une alliance n'est pas le signe d'un retournement de veste. En voulant à tout prix imposer des projets coûteux pour la collectivité et discutables sur le fond, le PS et Collomb s'enferme dans une position intenable, en voulant nier la diversité de sa majorité. Politiquement c'est intenable. Et je vous parie que ce projet de 'grand stade' ne verra pas le jour, au grand plaisir (caché) de nombre de socialistes !'Etienne Tête' ? Oui il énerve, même dans son camp. Mais on ne peut pas lui enlever ses qualités de fond et la justesse de ses chevaux de bataille. Piquer un coup de colère et d'autoritarisme en virant un homme qui fait autorité n'est pas un bon signe politique. D'ailleurs, c'est avec ce genre de décisions que Collomb s'isole et montre qu'il perd peu à peu la main.Apprendre à partager le pouvoir quand les lyonnais le demandent dans les urnes semble difficile pour le PS de Collomb. Faudra t il qu'il perde sa première place à gauche pour qu'il apprenne l'humilité ?

  3. Hugo C. - 11 avril 2010

    Chassez Europe Ecologie, les verts reviennent au galop. Dommage, l'idée de départ était bonne.Elle a été dévoyée par des soifs politiciennes et électoralistes. C'est le retour à l'état sauvage en quelque sorte.

  4. Yvan, de Lyon - 13 avril 2010

    Étienne TÊTE réintégrable ?Sur la forme difficile. L'égo du décideur est si haut qu'il manque d'oxygène pour réfléchir, avant d'agir et quand il tente de réfléchir aux conséquences de ses décisions, son égo le met de nouveau en manque d'oxygène...Sur le fond, indispensable !Un homme qui conserve sa liberté d'expression, ne peut être mis au banc des accusés pour cette raison.Les Verts auraient dû s'opposer, au moment de l'éviction et d'en faire une question de principe, quitte à démissionner.Qu'ils projettent d'agir en réintégration, plusieurs mois après me semble relever des moulins de don Quichotte...Il n'y a pas que Monsieur TÊTE, qui devrait retrouver ses responsabilités à la mairie.Après avoir été évincé du service des chauffeurs des Élu(e)s et du Maire, j'ai saisi le Tribunal Administratif d'une demande de réintégration.Le motif d'éviction ? Avoir consulté le médecin du travail et le psychologue, après avoir été agressé et menacé verbalement par un 'collègue', déjà connut par la hiérarchie, pour des faits de violence physique.Cet individu potentiellement dangereux n'a jamais été sanctionné.Les dysfonctionnements de ce service son connu, les causes identifiées par la hiérarchie. Les responsables restent en place, les victimes 'sautent'.

  5. Chlorophyle - 13 avril 2010

    Message à l'attention du camarade Collombophile qui m'a interpelé le 10/041) Je ne commente pas les articles 'au nom' d'Europe Ecologie, mais avec ma petite vision personnelle, qui est forcément plus réduite, et en rien officielle.2) Je ne commente pas uniquement les articles consacrés au PS : regardez bien l'article sur lequel nous échangeons, qui est consacré... à une conf de presse du Groupe des Verts ! Peut-être avez vous tendance à confondre les Verts et le PS, mais je crois que vous faites erreur et que les faits vont contredire vos rêves (nous ne sommes pas le PRG).3) Vous notez de l'agressivité dans mes propos ? Je ne pense pas être agressif, mais critique. Critique face à un parti qui est le leader de la gauche en France mais qui ne tient pas son rang, ni au niveau des pratiques que des idées. Vous avez une forte responsabilité et un héritage qui devrait vous éviter certaines dérives. Ce sont ces dérives que les écologistes pointent, et je comprends que ça vous dérange. Mais c'est avant tout parce que l'on avait une forte attente de la part de nos partenaires principaux. D'où un bilan critique et une déception que partagent bien des gens de gauche... 4) Aucun commentaire contre la droite et l'extrême droite ? Vous et nous sommes d'accord pour combattre les idées de la droite, et lutter contre les idées nauséabondes de l'extrême droite. Là où le débat est intéressant, c'est quand nous avons des divergences de gouvernance entre nous. D'où mes commentaires souvent tournés vers le PS. Encore une histoire de déception...5) Quand (relisez l'article initial) nous critiquons des projets de Collomb (Grand Stade, TOP, COL, vidéosurveillance, rénovation de Garibaldi, remonte vélo de la Croix Rousse, Rives de Saône...), c'est à mon avis l'inverse d'une stratégie qui serait à l'écart des problèmes des gens, mais au contraire au coeur des questions qui intéressent les habitants. Et nous n'aurions pas les voix de 20% des lyonnais si ce n'était pas le cas. De là à penser que nous serions plus efficaces que vous pour gérer les affaires et pour donner aux lyonnais une meilleure qualité de vie, il n'y a qu'un pas... Nous en reparlerons en 2014.

  6. Yvan, de Lyon - 14 avril 2010

    Étienne TÊTE réintégrable ?Sur la forme difficile.L'égo du décideur est si haut qu'il manque d'oxygène pour réfléchir, avant d'agir et quand il tente de réfléchir aux conséquences de ses décisions, son égo le met de nouveau en manque d'oxygène...Sur le fond, indispensable !Un homme qui conserve sa liberté d'expression, ne peut être mis au banc des accusés pour cette raison.Les Verts auraient dû s'opposer, au moment de l'éviction et d'en faire une question de principe, quitte à démissionner.Qu'ils projettent d'agir en réintégration, plusieurs mois après me semble relever des moulins de don Quichotte...Il n'y a pas que Monsieur TÊTE, qui devrait retrouver ses responsabilités à la mairie.Après avoir été évincé du service des chauffeurs des Élu(e)s et du Maire, j'ai saisi le Tribunal Administratif d'une demande de réintégration.Le motif d'éviction ?Avoir consulté le médecin du travail et le psychologue, après avoir été agressé et menacé verbalement par un 'collègue', déjà connut par la hiérarchie, pour des faits de violence physique.Cet individu potentiellement dangereux n'a jamais été sanctionné.Les dysfonctionnements de ce service son connu, les causes identifiées par la hiérarchie.Les responsables restent en place, les victimes 'sautent'.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut