Derniers évènements du Conseil

Il rend également hommage à Patrice Beghain, l'adjoint à la culture qui ne sera pas de la prochaine assemblée. Applaudissement nourris sur les bancs, même ceux de l'opposition. D'autres quitteront également les bancs, comme Sabhia Ahmine, qui s'en va sur un discours fleuve où il est question de la défense des droits de l'homme. Et puis tous ceux qui ne seront pas réélus mais qui ne le savent pas encore.

Les impôts vont augmenter
Titillé avec vigueur par Amaury Nardone, Gérard Collomb finit par lâcher le morceau. Oui, s'il est réélu, il y aura une augmentation " modérée " des taux d'imposition. Après avoir défendu sa gestion de sept années, avec une seule hausse en début de mandat et plus rien ensuite, après avoir commenté un tableau montrant que Lyon était la moins gourmandes des villes de plus de 200 000 habitants en taxe d'habitation et taxe foncière (hors Paris), le candidat-maire annonce donc une prochaine hausse. " Je ne suis pas un démagogue " plaide-t-il. Avant de fustiger les annonces de son challenger Dominique Perben, qui jure de travailler à impôts constants, et promet quatre nouvelles lignes de métro 'pour un montant de 1, milliards " tacle Collomb.

Gazon maudit à Gerland
C'est parti. La réfection de la pelouse de Gerland en profondeur va pouvoir commencer;Il en coûtera 1 millions d'euros. Ce qui vaut la sortie d'Amaury Nardone " nous aurons renouvelé la quasi-totalité du stade aux frais des contribuables ". Selon lui, on aurait mieux fait de vendre le stade à l'OL en début de mandat. Une nouvelle fois ; Thierry Braillard répond qu'à sa connaissance, l'OL n'était pas demandeur, et il soulève une série d'obstacles juridiques.

Pluie d'oseille sur les assoc
Une impressionnante liste de subventions est votés pour ses associations oeuvrant dans le social, la culture ou le sport. Denis Broliquier (PUL) remarque que les chiffres ont été mutlipliés par 4 par rapport à ceux d'il y a deux ans " y'aurait-il des arrières-pensées électorales ? " ironise-t-il. Que nenni, selon Gérard Collomb, les associations, sont traitées de manière égale, sans tenir compte de leurs préférences politiques ou philosophiques. Simplement les subventions tombent maintenant en début d'année pour les organisations qui ont prévu des actions au cours du premier semestre. Pour éviter qu'elles aient des problèmes de trésorerie.

Francophonie is good for you
Erick Roux de Bézieux (PUL) reçoit le soutien appuyé de Gérard Collomb, et c'est plutôt rare. L'élu milloniste défend son projet de la Maison de la Francophonie et professe son ambition de faire de Lyon " une ville capitale de la francophonie ". Il annonce des projets : un mois de la francophonie appelé à devenir un festival mondial de la francophonie. Cette Maison de la Francophonie installée en face de l'Alliance Française est un des résultats du travail conduit par Christian Philip à l'automne dernier. Elle a reçu le soutien du Président de la République.

Le plus gros budget
21 300 000 euros. C'est ce que coûtera la future Halle des Sports dont le projet est lancé à la Duchère

Le porte-parole universel
Pendant tout le conseil, l'UMP et le groupe Unir pour Lyon (million) regroupent leur temps de parole. Presque à chaque fois, c'est Amaury Nardone (UPL) qui est désigné pour représenter l'ensemble de l'opposition. Il est vrai que c'est le contradicteur le plus mordant pour Gérard Collomb.
Dans la cour de Lyon Cap'
Surprise ! Le Conseil vote un budget pour aider la réfection de la cour et de la traboule du 7 rue Puits-Gaillot. C'est l'adresse de Lyon Capitale, et cela explique les marteaux-piqueurs qui nous vrillent les tympans depuis le début de la semaine.

PETITES PHRASES
" De manière propitiatoire " ,c'est ainsi que Gilles Buna annonce la réfection des environs de l'ancien Palais de Justice. Et tout le monde fait semblant d'avoir compris. Que dit le dictionnaire ? " Propitiatoire : qui a la vertu de rendre propice ". Débrouillez-vous avec ça.

Denis Broliquier critique la façon dont sont accordées les subventions. Il relate, sans le citer, les propos d'un directeur de structure " il a fallu que je drague les adjoints ou les membres...du cabinet ". " Oh ", et " Ah ", un peu, sur les bancs.

Retour d'ascenseur. Quelques minutes plus tard, Gérard Collomb à Bernadette Isaac-Sibille " Je crains, si je vous donne une réponse positive, de me faire reprocher par Monsieur Broliquier de m'être laissé draguer ". L'élue milloniste demandait une aide pour une association de musique de chambre. Printemps précoce, on dirait.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut