Corruption : "les maires sont à l'image de leurs administrés"

Affaires - Dans un entretien à Acteurs de l'Économie, Gérard Collomb estime qu'un maire ne peut pas "ériger de rempart" face à la corruption et au clientélisme.

Dans un entretien accordé à Acteurs de l'Économie, Gérard Collomb tient un discours sur la corruption qui ne manquera sans doute pas de faire débat. Interrogé sur les méthodes de Georges Frêche, le maire de Lyon répond qu'il ne faut pas "toujours faire porter la responsabilité des égarements sur les seuls maires. Ces derniers sont aussi à l’image de leurs administrés, ils épousent leurs singularités et ensemble établissent une correspondance." Et d'ajouter : "Cela vaut pour la corruption ; lorsque la population exerce une pression irréfléchie en faveur de pratiques clientélistes, le maire ne peut pas intégralement en faire fi." Le directeur de la rédaction du mensuel économique régional l'interroge alors logiquement : "Mais tout de même il a bien pour devoir éthique inviolable de constituer un rempart à ces dérives ?"

Alors que depuis son élection à la mairie de Lyon et à la présidence du Grand Lyon, des affaires de marchés "pipés" ou de favoritisme ont été plusieurs fois relevées, Gérard Collomb n'en démord pas : "Certes, mais face à un abîme, à un écart trop profond, on ne peut ériger de rempart. Jean-Noël Guérini est sous les feux des projecteurs – attendons d’ailleurs qu’il soit seulement mis en examen puis que justice se fasse avant de verser sur lui un opprobre à ce jour non fondé juridiquement –, mais Marseille... Une ville fantastique, des atouts prodigieux, un capital sympathie considérable... mais aussi une culture endogène du clientélisme à laquelle les élus locaux ne peuvent pas se soustraire totalement."

Gérard Collomb précise néanmoins en conclusion : "Lyon n’est pas Marseille ou Montpellier. Là-bas, le maire ne pourrait être mis en minorité dans sa fédération socialiste comme j’ai failli l’être dans le Rhône. A Lyon, aucun employé municipal n’est adhérent des sections du PS. (…) À terme, tout système clientéliste tue une ville".

à lire également
Pour la première fois depuis le retour de l'ex-ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, Georges Képénékian et David Kimelfeld tiendront une conférence de presse commune à l'hôtel de ville de Lyon. Ensemble, ils feront le point sur la prochaine élection du maire de Lyon. Suivez cette conférence en direct sur Lyon Capitale.
7 commentaires
  1. Contribuable Lyonnais - 12 avril 2011

    Puisqu'un Maire et/ou un élu ne peut pas s'ériger en rempart contre la corruption et/ou le clientelisme, cessons de voter et organisons une gestion tournante à la tête de nos collectivités, ce sera tout aussi inefficace. CQFD !

  2. michel - 12 avril 2011

    Ca veut dire que les magouilles c'est la faute des citoyens? qu'on a les élus qu'on mérite parce qu'en fait on est tous pourris?

  3. Yvan, de Lyon - 12 avril 2011

    Encore une fois sa communication, n'a rien à envier à celle de monsieur 53% ou Madame Morano, qui confond Renaud et Renault, sans oublier le truculent Monsieur Lefevre...Hormis les habituels propos contradictoires, chaque citoyen appréciera d'être à l'image de son maire...Faut-il voir un début d'explication entre cette interview et l'absence de dépôt de plainte, concernant les faits présumés de corruption au Grand Lyon, révélés par lyoncap ?

  4. Contribuable Lyonnais - 13 avril 2011

    Comment faut-il interpréter les propos de Gérard Collomb ? Comme un aveu de culpabilité et/ou un aveu d'impuissance ?

  5. franois - 14 avril 2011

    Si un maire est corrompu, c'est de la faute des électeurs ! ? Il dira n'importe quoi, trouvera n'importe quelle excuse, juste histoire de justifier la corruption des élus !

  6. Contribuable Lyonnais - 14 avril 2011

    Il n'a pas tort Gérard Collomb. Si un politique tape dans la caisse publique, c'est la faute aux électeurs qui l'ont élu. Si les électeurs ne l'avaient pas élu, il ne serait pas élu et donc il n'aurait pas eu l'occasion de taper dans la caisse publique. Donc quand un élu tape dans la caisse publique c'est bel et bien la faute aux électeurs. CQFD !

  7. Contribuable Lyonnais - 15 avril 2011

    Nous savons désormais que les écrêtements et autres véhicules avec chauffeur sont réalisés par notre bon maire et son 1er adjoint pour être à l'image de leurs administrés.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut