Hôtel de région
© Tim Douet

Conseil régional : le PS dénonce "un plan social caché" de Wauquiez

Les élus PS du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes ont affirmé que plus de "1 500 postes ont été détruits", dans la région depuis le début de la présidence de Laurent Wauquiez.

Lors de la commission permanente de la région Auvergne-Rhône-Alpes, l'opposition PS au conseil régional a dénoncé "un plan social caché" de Laurent Wauquiez. Selon les élus socialistes, "plus de 1.500 postes ont été détruits" dans la région "au sein des associations, des structures d'aménagement du territoire, des Parcs Naturels Régionaux, etc.". Dans le détail, le groupe PS explique que 580 emplois ont été supprimés dans les associations et le secteur de l’environnement. 500 emplois dans la formation professionnelle, plus de 60 dans l’aménagement du territoire, "des centaines" dans la culture et 460 dans la fonction publique régionale.

"C'est donc un véritable plan social qui ne dit pas son nom. Derrière ce plan d'économies de 75 millions d'euros par an, ce sont des missions essentielles au service de l'intérêt général qui sont en train d'être démantelées et des centaines d'emplois qui disparaissent", dénonce le groupe PS.

"De purs mensonges" pour Laurent Wauquiez

De son côté, Laurent Wauquiez, le président du conseil régional s'est défendu en attaquant la précédente majorité socialiste : "la précédente région, c’était quoi ? Beaucoup de dépenses administratives, personne ne savait à quoi ça servait". Il a aussi dénoncé "de purs mensonges" et vanté une "gestion exemplaire". "Les économies, je les fais sur le train de vie de la région. On a vendu des voitures, réduit notre train de fonctionnement, on a amélioré notre efficacité. Il n’y a pas un habitant de la région d’Auvergne qui a vu ses impôts augmenter", a-t-il conclu.

De leur côté, les élus PS accusés de "mensonges" ont répondu que le chiffre de plus de 1500 postes détruits est "le fruit d'une longue recension directe auprès des acteurs associatifs, socioculturels et des professionnels de l'aménagement du territoire". Des acteurs qui manifesteront devant l'hôtel de région le 1er avril prochain et qui seront pour certains en grève le 13 avril.

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Retour aux affaires lyonnaises pour Gérard Collomb ? Le ministre de l'Intérieur veut lancer dès septembre son association “Prendre un temps d’avance”, ouverte à la société civile, pour engager une dialogue sur l’avenir de la Métropole. Quand il s’agit de politique lyonnaise, Gérard Collomb ne perd pas temps. En témoigne son nouveau projet d’association ouverte à […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut