Collomb passe la quatrième couche de soutiens

Acteurs de la Ville a publié une nouvelle livraisons de soutiens à Gérard Collomb. Ils sont désormais plus de 1000 à militer pour que le maire de Lyon rempile pour un troisième mandat. La campagne ne fait que commencer et Gérard Collomb a tiré le premier.

Et 900 qui font 1220. En annonçant vendredi dernier qu'Acteurs de la ville, le comité de soutien de Gérard Collomb, avait dépassé le cap des 1000 adhérents, Vincent Carry n'était pas dans l'intox. Mercredi soir, une liste de 900 nouveaux amis du maire de Lyon a été publiée par Acteurs de la Ville. Les noms sont moins ronflants que lors des trois précédentes livraisons mais avec cette quatrième couche massive, Gérard Collomb enfonce le clou. Ces soutiens arrivent surtout au lendemain de l'échec de Michel Havard dans sa quête d'alliance avec les centristes. Durant toute la séquence de communication autour des Acteurs de la ville, le maire de Lyon et son entourage voulaient montrer qu'il n'y aurait pas de match dans les urnes en mars 2014. Que l'ensemble de la ville poussait Gérard Collomb vers un troisième mandat.

1220 soutiens et des questions

Chez les socialistes, l'opération est jugée globalement réussie. Les trois premières vagues ont mis en lumière des soutiens qui résonnaient comme des remerciements. La plupart des acteurs de la ville dépendaient, en effet, directement ou indirectement de la Ville de Lyon ou du Grand Lyon, les deux collectivités gérées par Gérard Collomb. Le traitement médiatique s'est focalisé sur les possibles conflits d'intérêts. Avec la publication en bloc de 900 nouveaux noms, l'équipe de campagne du maire de Lyon dilue dans la masse les cas problématiques. « Toute la ville est derrière Gérard. Havard ne peut pas faire le match », rigole un proche du maire de Lyon. Au lendemain de l'annonce des 20 premiers membres, Michel Havard avait pourtant réussi à faire entendre sa voix en dénonçant les pressions exercées par la Ville sur les présidents d'associations.

Collomb 1, Havard 0

« La séquence n'a pas été aussi bonne que l'on pouvait l'espérer. La sauce ne prend pas encore », confie un conseiller municipal. Pour cet élu, l'opération a été rondement menée, les soutiens sont prestigieux mais « la magie de 2001 et 2008 » n'est pas encore au rendez-vous. « Lors de la soirée de lancement, chacun restait dans son coin. Les élus avec les élus, les soutiens avec les soutiens. Personne ne se mélangeait », pointe un participant à la soirée. Alors qu'il s'apprête à lancer sa campagne, Michel Havard apparaît pourtant en retard. Gérard Collomb mène aux points pour le moment. Et sur la société civile, pour rattraper son retard, le candidat de l'UMP devra frapper fort.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut