Budget primitif de la métropole, les élus LR et UDI votent contre

Ce lundi, le conseil de la métropole s’est penché sur le budget primitif 2017. Un budget critiqué par les élus d’opposition UDI et Les Républicains.

Le conseil de la métropole a voté ce lundi le budget primitif 2017 de 2,532 milliards d’euros. Un budget contesté par l'UDI, par l’intermédiaire de Christophe Geourjon, qui a d'abord salué un budget "sérieux" en soulignant "la stabilité, hors mesure nationale, de la masse salariale tous budgets". Mais il regrette que cela "n'ait pas été fait plus tôt".

Les Républicains dénoncent les “artifices” de Gérard Collomb

Christophe Geourjon a critiqué la baisse de 3 % de la subvention versée au Sytral alors que, selon lui, "la mobilité est une priorité pour les habitants et les entreprises de la métropole". "Monsieur le président, gouverner c'est faire des choix, ce n'est pas appliquer le même coup de rabot sur l'ensemble des dépenses de fonctionnement", a-t-il lancé à Gérard Collomb. Ces dépenses de fonctionnement, l'UDI veut les endiguer en demandant "plus de mutualisation entre la métropole et les communes pour (…) améliorer la qualité du service tout en maîtrisant les coûts". C'est essentiellement pour cette raison que le groupe UDI a décidé de voter contre le budget. "Au-delà des chiffres, nous avons un véritable différend avec vous sur la méthode, la gouvernance et les objectifs de la métropole", a conclu Christophe Geourjon.

De leur côté, les élus Les Républicains ont critiqué les “artifices” utilisés par Gérard Collomb pour présenter "sous une certaine lumière" son budget primitif 2017. Selon Philippe Cochet, "les dépenses de fonctionnement sont sous-estimées en janvier pour augmenter pendant l'année". Le maire de Caluire-et-Cuire a aussi critiqué une "hausse des dépenses de personnel pour 2017 avec 6 millions d'euros supplémentaires". Il a également pointé du doigt une diminution "des dépenses liées à la mise en œuvre des politiques publiques sur le territoire".

Collomb “fier de son budget”

En réponse, Richard Brumm, le vice-président chargé des finances, a affirmé "avoir toujours été transparent" : "Nous répondons toujours très précisément à vos questions en commission, s'est-il justifié. Que des options soient prises et qu’elles ne soient pas les vôtres, c'est probable. Mais nous le faisons toujours en transparence. Je ne peux donc que contester cette volonté de dissimulation dont vous nous accusez."

Gérard Collomb a abondé dans le sens de son vice-président et s'est dit "fier de son budget". "Je connais beaucoup d'agglomérations qui voudraient pouvoir présenter, en ce moment, le même budget", a-t-il lancé en citant Décines, Rillieux-la-Pape et Saint-Priest. Trois villes dont les maires font partie du groupe Les Républicains. Le budget a finalement été voté. Les groupes Gram et Communiste se sont abstenus et les groupes UDI et Les Républicains ont voté contre.

à lire également
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale - qui dit que l'information rime avec sérieux ? La satire, c'était le dada de Lyon Capitale dans la rubrique "On se mêle de tout". Le 17 juin 1998, Gérard Collomb a hâte d'entrer dans le Palais du Luxembourg et la Coupe du monde est vivement critiquée par […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut