Bruno Bonnel
© Tim Douet

Bruno Bonnell est "fier" pour Gérard Collomb

Patron des marcheurs dans le Rhône, Bruno Bonnell se réjouit de la composition du gouvernement et notamment de l'arrivée de Gérard Collomb au ministère de l'Intérieur.

Référent départemental d'En Marche, Bruno Bonnell se réjouit de la nomination de Gérard Collomb au ministère de l'Intérieur : "Je suis très fier que Gérard Collomb ait accepté d'être ministre de l'Intérieur. Il va au bout de sa démarche pour réussir la transformation de la vie politique. Il a vu Emmanuel Macron avant tout le monde et il s'est donné à fond pour le faire gagner. Il est un acteur majeur de son élection. Il a convaincu des gens de changer de référentiel". En ce soir de nomination ministériel, Bruno Bonnell, qui a été un de ses premiers soutiens à Lyon, fait un retour vers le passé : "Au soir de son élection en 2001, nous marchions vers le Ninkasi où il allait prononcer son discours de victoire et sa première préoccupation était la sécurité. Il me disait que la sécurité était la première des libertés. La sécurité au quotidien est l'une des clés de la réussite lyonnaise. Il va maintenant pouvoir étendre son terrain d'expérimentation".

"Bombe à fragmentation"

Le candidat aux législatives à Villeurbanne se réjouit de la composition du gouvernement dans sa globalité. Il note le mélange entre les transfuges de droite et les personnalités issues de la société civile. "Ce gouvernement démontre qu'on peut se rassembler sans être semblables. C'est ce que l'on vit au quotidien dans nos entreprises. Je suis très optimiste et content de voir que des gens aient su dépasser les idéologies. Par exemple, je trouve navrante la réaction des Républicains d'exclure Bruno Le Maire. Cyniquement, on peut voir ce gouvernement comme une bombe à fragmentation de la politique française. Utiliser des méthodes d'exclusion m'apparaît aujourd'hui aussi décalé que porter un pantalon patte d'eph'".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut