Patrice Verchère
© Tim douet

Auvergne-Rhône-Alpes : Verchère attaque PS et FN et défend Wauquiez

Le président du groupe Les Républicains au conseil régional a répondu aux attaques du FN et du PS après la nomination de Laurent Wauquiez à la tête du parti Les Républicains.

Après les récentes attaques des élus PS et FN au conseil régional à l'encontre du président de l'institution Laurent Wauquiez, suite à sa nomination à la tête du parti Les Républicains, Patrice Verchère (président du groupe Les Républicains au conseil régional et député du Rhône) a réagi dans un communiqué.

"Pour les élus régionaux PS, un président de région socialiste peut être ministre de la Défense [Jean-Yves Le Drian, NdlR] en temps de guerre, mais un président de région Les Républicains ne pourrait assumer la présidence d’un parti politique, association Loi 1901 ?" s'est questionné Patrice Verchère.

En début de semaine, les élus PS avaient accusé Laurent Wauquiez de "préférer dédier la majorité de son temps à préparer le come-back d’un ancien président de la République désavoué" et regretté "que la deuxième région de France [soit] gérée par mail depuis Paris, par un président de région à temps partiel".

Quant aux élus FN, Patrice Verchère écrit : "Qu’ont à dire les élus régionaux Front national sur l’application des statuts d’un grand parti politique alors que, pour eux, la présidence d’un parti se transmet par voie héréditaire ?" Cette semaine, les élus FN avaient demandé le départ de Laurent Wauquiez. "Il est temps qu’il passe et qu’il parte", avaient-ils lancé dans un communiqué. La rentrée s'annonce mouvementée au conseil régional.

à lire également
François-Noël Buffet © Antoine Merlet
Candidat Les Républicains aux élections métropolitaines de Lyon, François-Noël Buffet se voit régulièrement reproché d’être ambigu sur la question de l’Anneau des sciences. Dans une interview donnée à Lyon Capitale, la tête de liste de la droite pose les choses à plat pour cette autoroute censée boucler le périphérique à l’ouest. Celui qui s’est toujours opposé à un tracé court évoque le risque de voir une situation proche de Notre-Dame-des-Landes arriver à Lyon, mais aussi celui d’un projet qui augmenterait la saturation à l’Est. 
1 commentaire
  1. ordem e progresso - 26 août 2016

    Verchère a raison, les socialistes sont toujours là pour donner des leçons mais ils oublient juste qu'il faut savoir balayer devant sa porte de temps en temps...

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut