Cour d'assises du Rhône 24 Colonnes
© Tim Douet

Lyon : 30 ans de prison pour avoir tué sa femme et ses enfants

Un homme de 35 ans a été condamné ce vendredi après-midi à 30 ans de prison, dont 20 incompressibles, par la Cour d'assises pour un sextuple meurtre. Malgré une tendance psychotique, il a été reconnu responsable de ses actes.

Les années de violences conjugales s'étaient achevés dans un bain de sang. Yassine Mechta, 35 ans, a été condamné ce vendredi à 30 ans de réclusion criminelle, dont 20 incompressibles pour le meurtre de sa femme enceinte, de leur quatre enfants (5 mois à six ans), mais aussi de son propre frère. La peine est assortie d'une obligation de soin à vie. Le dénouement d'une semaine d'un procès d'assises où pas moins de 13 personnes s'étaient portées partie civile.

Condamné en 2006 et 2012 pour violence sur sa compagne, Yassine Mechta avait été hospitalisé en psychatrie en 2014, et suivi brièvement un traitement antipsychotique. En proie à un sentiment de persécution il avait été admis au Vinatier en 2015, quelques mois avant le drame.

Une semaine au milieu des cadavres

Me Marina Stefania, qui le défendait aux côtés de Me Yves Sauvayre, a plaidé l'abolition du discernement de son client, s'appuyant sur l'avis d'experts qui ont diagnostiqué une schizophrénie à tendance psychotique. Persuadé de l'intention de sa femme de le quitter, son sentiment de persécution, aggravé par un forte addiction à l'alcool et au cannabis, l'a conduit à l'irréparable. Sous traitement médicamenteux, il est resté stoïque lors de l'énoncé des faits.

Faits particulièrement sanglants. L'accusé avait passé une longue semaine auprès des corps de sa femme et ses enfants après les avoir poignardé. Une semaine au cours de laquelle il a également tué son propre frère, retrouvé mort dans la chambre de son foyer à Vénissieux.

Retrouvez le dossier spécial de Lyon Capitale sur la Cour d'assises du Rhône dans notre numéro de mars (n°775), actuellement en kiosque.

à lire également
Capture d’écran d’une vidéo AFP – Nicolas Sarkozy quittant les locaux de la PJ de Nanterre après deux jours de garde à vue, le 21 mars 2018 © AFP
En dépit de la création, au lendemain de l’affaire Cahuzac, d’un parquet national financier, les brigades économiques et financières restent le parent pauvre de la police française. En région, les limiers manquent pour lutter contre cette délinquance invisible, qui peut coûter gros à l’État, comme lui rapporter beaucoup.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut