La police "outragée" ?

Parmi ces dossiers, celui de Moncef Marouani. A un arrêt de métro, des policiers contrôlent son identité. Selon lui, cela aurait mal tourné. Moncef Marouani se plaint d'avoir été maltraité. Hospitalisé 48h à l'hôpital, il a porté plainte contre les policiers qui ont eux-mêmes déposé plainte pour "outrages et rébellion". Il comparaît devant le Tribunal de grande instance le 19 avril. Dans cette affaire, comme pour les autres, difficile d'y voir clair : la parole assermentée des policiers répond à celle de la personne mise en cause. Pour le Centre d'initiative et de réflexion pour la défense des libertés (Cirdel), la chose est entendue :"Ce qui relie toutes ces affaires, c'est le comportement raciste d'un certain nombre de policiers, qui se traduit par des insultes voire des violences", va jusqu'à dire Bruno Guichard, le représentant de cette association de défense des droits de l'homme. Dans tous les cas, on peut se demander si ces affaires d' "outrages et rébellion" sont le signe de la multiplication d'attaques contre la police ou bien une parade systématiquement utilisée quand la police est en difficulté.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut