gollnisch

Emplois fictifs au RN : Bruno Gollnisch mis en examen

Dans l’affaire des emplois fictifs au RN, Bruno Gollnisch a été mis en examen ce vendredi pour l’emploi fictif d’assistants parlementaires européens.

Ce vendredi, Bruno Gollnisch a été mis en examen par les juges d’instruction parisiens pour l’emploi présumé fictif d’assistants au Parlement européen entre 2005 et 2015. Eurodéputé depuis juillet 1989, il est la 10e personne à être mise en examen, dont le RN (ex-FN) en tant que personne morale, la présidente du RN Marine Le Pen ou encore le député des Pyrénées orientales Louis Aliot. Le préjudice a été estimé par le Parlement européen à un total de 7 millions d’euros sur la période allant de 2009 à 2017.

Pour Bruno Gollnisch, cette mise en examen est « une tentative d’assassinat politique ». Dans un communiqué, l’eurodéputé dénonce « une procédure arbitraire interne, contre des députés d’opposition » et une justice orientée qui tente de le ruiner, malgré « les preuves surabondantes du travail effectif et considérable » fourni par les assistants en question. Il a également fait part de son intention d’épuiser tous les recours possibles en France et au Luxembourg, et envisage également de porter plainte contre les responsables européens qui seraient à l’origine de cette « persécution », sans plus de précisions cependant.

 

à lire également
Marion Maréchal-Le Pen, aux Assises du FN, en février 2017, à Lyon © Tim Douet
L’école de sciences politiques de Marion Maréchal-Le Pen ouvrira ses portes en octobre prochain, face à l’hôtel de région. Une expérience présentée comme apolitique et estampillée “vie civile” pour l’ex-députée, qui veut occuper le champ culturel. Et infiltrer au passage les réseaux économiques locaux.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut