Global cash

Braquage de Global Cash : des peines de 8 à 22 ans requises

Les avocats généraux ont requis des peines comprises entre 8 à 22 ans de réclusion criminelle pour les auteurs du braquage du bureau de change Global Cash.

Quatre ans jour pour jour après le braquage du 24 septembre 2010, les accusés ont pris connaissance des réquisitions des avocats généraux comme une gifle.

“C’est une mascarade !”

L’un des auteurs du vol à main armée a applaudi Fabienne Goget, l’avocate générale, à la fin des peines de prison égrenées dans un silence glacé, lançant : "C’est une mascarade !"

De 8 à 22 ans de réclusion criminelle en fonction de la responsabilité de chacun ont été distribués par les avocats généraux. Trois des auteurs encouraient la réclusion criminelle à perpétuité en raison d’un état de récidive légale.

8 années de prison ont été demandées pour l'un des complices qui a conduit les malfaiteurs jusqu'à un box. 16 années ont été requises contre deux autres accusés et 20 à 22 à l'encontre des individus présentés comme le leader, pour l'un, et le tireur, pour le second.

À l’adresse des jurés, l’avocat général Renzi a averti : "Ils avaient un libre arbitre, vous les voyez penauds, émettant des regrets à défaut de remords. On assiste au bal des repentis. Mais il faut les avoir avec cette image de malfaiteurs cagoulés. Ils ont eu maintes fois l’occasion de s’arrêter, ils ne l’ont pas fait."

Des malfaiteurs chevronnés

L'accusation a cherché à démontrer l'expérience de malfaiteurs chevronnés qui lui faisaient face dans le box, contestant la version de "pieds nickelés" relatée à la barre par M. Droguet, l'homme qui a été pris en otage lors du vol à main armée.

L'un des accusés, qui est présenté comme le tireur lors de la fuite des malfaiteurs, a toujours nié sa participation à l'attaque de Global Cash. L'accusation a requis contre lui une peine de 22 ans. L'acquittement est toujours possible. Lors des prochaines 24 heures, il joue sa liberté ou plus de vingt ans de réclusion criminelle.

Les plaidoiries des avocats débutent ce mercredi soir. Verdict attendu demain, jeudi 25 septembre.

à lire également
Palais de justice de Lyon © Tim Douet
L’homme soupçonné d’avoir provoqué feux de poubelles et de voitures le 24 mars au soir n’avait pas été entendue, les policiers redoutant qu’il ne soit atteint du coronavirus. Testé négatif, il doit être présenté au parquet ce 28 mars.
Faire défiler vers le haut