Bébés congelés : peine réduite en appel pour la mère infanticide

Audrey Chabot avait été condamné à 23 ans de réclusion criminelle par les assises de l'Ain en avril 2015. Le verdict de la cour d'assises de Lyon, où elle était jugée en appel, a été plus clément, prononçant une peine de 13 ans.

L'avocate générale avait demandé une "juste peine" pour cette femme "profondément seule et malheureuse" et requis 20 ans de réclusion. Ce vendredi soir, Audrey Chabot, 36 ans, a finalement été condamnée en appel par la cour d'assises de Lyon à 13 ans d'emprisonnement. Une peine moins lourde celle de 23 ans, prononcée en première instance par la cour d'assises de l'Ain.

Elle était jugée pour le meurtre de ses deux enfants, qu'elle avait noyé dans le bac à douche de son domicile d'Ambérieu-en-Bugey, dans l'Ain, en octobre 2011 et novembre 2012. Audrey Chabot avait ensuite placé les corps dans son congélateur avant que son compagnon ne fasse finalement la macabre découverte en avril 2013. Elle avait déjà été condamnée à 15 ans de réclusion en 2005, pour un premier infanticide commis en 2002.

Lire aussi : Procès des bébés congelés, infanticide ou déni de grossesse ?

à lire également
Palais de justice de Lyon © Tim Douet
L’homme soupçonné d’avoir provoqué feux de poubelles et de voitures le 24 mars au soir n’avait pas été entendue, les policiers redoutant qu’il ne soit atteint du coronavirus. Testé négatif, il doit être présenté au parquet ce 28 mars.
Faire défiler vers le haut