Les Enfants du Levant, avec les enfants de la maîtrise de l’opéra de Lyon – Mise en scène Pauline Laidet © Stofleth
Les Enfants du Levant, avec les enfants de la maîtrise de l’opéra de Lyon – Mise en scène Pauline Laidet © Stofleth

Un opéra par et pour les jeunes au théâtre de la Renaissance

Fruit d’un partenariat avec le théâtre de la Renaissance, “Les Enfants du Levant” est une nouvelle production de l’Opéra de Lyon interprétée par des enfants et à destination… de tous dès 8 ans.

On connaît depuis longtemps les accointances du théâtre de la Renaissance avec la musique. L’histoire de cette maison est tournée depuis sa création vers une articulation entre deux formes d’art qui dialoguent ; ses directions artistiques successives ont tour à tour mis l’accent sur différentes formes de création musicale. Il n’était donc pas étonnant de voir un authentique musicien succéder à Jean Lacornerie et Roland Auzet en 2014. Membre fondateur et leader des Percussions-Claviers de Lyon, Gérard Lecointe est à la fois percussionniste, compositeur, arrangeur et transcripteur ; c’est aussi un promoteur actif de la création artistique contemporaine. Ses qualités “politiques” ne sont pas étrangères au maintien et à la consolidation d’un partenariat fidèle avec l’Opéra de Lyon. Du jazz au baroque en passant par le contemporain, les spectacles musicaux audacieux se succèdent sur la scène oullinoise, laissant une large place aux créations hybrides. Ce mois-ci, un opéra destiné au jeune public et réunissant de (très) jeunes interprètes, qui s’inscrit dans la saison de l’Opéra.

Les enfants du bagne

Les Enfants du Levant – Mise en scène Pauline Laidet © Stofleth
Les Enfants du Levant – Mise en scène Pauline Laidet © Stofleth

Commande du Centre de création vocale et scénique d’Aulnay-sous-Bois (Créa), Les Enfants du Levant est un opéra pour voix d’enfants composé en 2001 par Isabelle Aboulker. Inspiré d’un roman de Claude Gritti, le livret de Christian Eymery raconte l’histoire d’une colonie agricole pénitentiaire de mineurs au milieu du XIXe siècle : des enfants de pauvres, condamnés aux travaux forcés et déportés.

Côté partition, l’écriture d’Isabelle Aboulker reste très classique, imprégnée des compositeurs français du début du XXe. La grande originalité de l’œuvre, outre qu’elle soit destinée aux 9 ans et plus, est d’être interprétée par des jeunes. Les solistes sont en effet issus de la maîtrise de l’Opéra, qui interprète bien entendu aussi les parties chorales. Organe à l’origine de l’instruction musicale des enfants de chœur, la maîtrise est bien sûr dans le cas de l’Opéra de Lyon laïque. C’est à la fois un chœur et une école de chant et de la scène. Les membres y sont acceptés dès 7 ans, sur audition, et rejoignent le centre de formation placé sous la direction de Karine Locatelli – qui dirige également les productions, notamment ces Enfants du Levant. L’ensemble instrumental, composé de membres de l’orchestre de l’Opéra, emploie un effectif réduit, concentré autour du rôle central du piano qui accompagne les parties vocales, ossature de l’œuvre.

Une belle occasion de sortie culturelle en famille qui verra naître, on l’espère, des vocations parmi les plus jeunes spectateurs…


Les Enfants du Levant – Samedis 6 et 13 avril à 15h et 19h, dimanche 7 et mercredi 10 avril à 16h et vendredi 12 avril à 20h, au théâtre de la Renaissance (Oullins)

–> Le 13 avril, après le spectacle de 15h, les artistes seront présents pour une rencontre avec le public et à 17h le théâtre propose une “petite conférence” historique sur une colonie d’Oullins.

[Article publié dans Lyon Capitale n° 787 – Avril 2019]

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut