La Faute ©Jean-Louis Fernandez

Théâtre du Point-du-Jour, une saison sous le signe de la conscience citoyenne

Pour Angélique Clairand et Éric Massé, la modernité ne s’arrête pas à l’emploi de l’écriture inclusive dans leur édito de saison, heureusement ! Il y a au Point-du-Jour une réelle volonté d’exprimer une réflexion sur les problématiques contemporaines.

La défense des minorités, des invisibles (y compris ceux qui ont mis un gilet jaune en 2017 dans nos provinces françaises) comme les questions d’identité et/ou de genres sont au cœur de leurs préoccupations.

D’ailleurs le spectacle mis en scène par les deux co-directeurs et présenté en ouverture de saison, La Faute, se penche sur un problème qui a trait à l’une des problématiques récurrentes au Point-du-Jour, celle de l’écologie, de sa place dans nos sociétés.

La Faute © Jean-Louis Fernandez

Le texte est de François Hien, dramaturge particulièrement présent cette saison (il est aux Célestins avec La Peur). Il se penche sur la situation des sinistrés de La Faute-sur-Mer, une petite ville de la côte atlantique qui, en quelques minutes, envahie par les eaux, de petit paradis est devenue “la cuvette de la mort”.

La pièce est basée sur la parole de survivants, d’avocats et de lanceurs d’alerte. Cinq artistes incarnent dans le spectacle une multitude de personnages, mêlant trajectoires singulières, réflexion sociétale et récit mythologique. Fruit d’une enquête menée par Angélique Clairand, François Hien et Éric Massé sur la côte atlantique après les ravages de la tempête Xynthia.

 

Également au programme de ce début de mois d'octobre, Ubu, une adaptation de la farce d'Alfred Jarry. Jouée au centre des gradins couverts du cercle bouliste du Point du Jour et au collège Jean-Moulin, la pièce promet un moment risible et cruel, où un dictateur se déchaîne tandis que ses sujets se livrent à une séance d'aérobic. Avidité du pouvoir, société du spectacle, difficile de ne pas voir dans cette adaptation d'Olivier Martin Salvan, un clin d'œil à une actualité où la réalité est souvent rattrapée par la fiction.

Autre dramaturge contemporain que l’on pourra apprécier au Point-du-Jour en fin d'année, Étienne Gaudillère (qui est artiste associé au théâtre avec sa compagnie Y) présentera Pale Blue Dot, une histoire de Wikileaks. Une fresque théâtrale sur le rôle des lanceurs d’alerte et de la transparence de l’action publique en démocratie, où l’on croise aussi bien Hillary Clinton que Julian Assange en proie à la vindicte de l’administration Obama.


La Faute – Du 30 septembre au 11 octobre ; Ubu, du 2 au 5 octobre ; Pale Blue Dot, une histoire de Wikileaks – Du 2 au 4 décembre  – Au théâtre du Point-du-Jour – www.pointdujourtheatre.fr


 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut