Surréaliste Afrique !

Délirant, inventif, mais un peu éprouvant !

Parodie ironique et haute en couleurs du colonialisme (1907), Impressions d'Afrique du très excentrique Raymond Roussel, est un texte infernal, bizarre et foisonnant. Tellement déconcertant qu'il est quasiment impossible à mettre en scène ! Au petit théâtre des Marronniers, la compagnie Locus solus relève le défi avec beaucoup de vivacité et d'invention. Des astuces de scénographie donnent vie à des saynètes irreprésentables (comme cet assassinat à la carabine du blanc d'un œuf mollet !) tandis que le petit décor dérisoire, poétique et désuet compose un étonnant cabinet de curiosités, plein de tiroirs à surprises et de détails surréalistes, clins d'œil savoureux à Marcel Duchamp et au ready-made (inventé par Roussel). L'ensemble est surprenant et réjouissant. Mais la langue de Roussel est un tel bloc, compact et proliférant, que les comédiens - pourtant très bons - trébuchent parfois, au bord de l'asphyxie. Les spectateurs aussi ! Ces Impressions d'Afrique se déversent dans un telle loghorée, surréaliste et délirante, qu'elle peut en devenir étouffante.

> Impressions d'Afrique, d'après Roussel, par la compagnie Locus Solus, jusqu'au 4 mars au théâtre des Marronniers, Lyon 2e. Du mercredi au samedi à 20h30, dimanche 17h. 04 78 37 98 17. www.theatre-des-marronniers.com.

à lire également
Inflammation du verbe vivre, de Wajdi Mouawad (photo de répétition) © Pascal Gely
Habitué de la scène du TNP, Wajdi Mouawad revient à Villeurbanne avec une nouvelle pièce, dont il signe l’écriture, l’interprétation et la mise en scène, Inflammation du verbe vivre.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut