Quais du polar – Sélection royale

Inauguré ce vendredi soir, Quais du polar aura en fait déjà commencé, avec une reine sur les starting-blocks : “Queen” Elizabeth (George), qui multiplie les rencontres à Lyon. On y croisera aussi la Canadienne Shari Lapena. Mais ici, parlons de leurs livres. Bienvenue dans le “jardin du bien et du mal”.


Elizabeth George, une punition jouissive !

Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle “Queen Elizabeth”. Elizabeth George, la plus british des auteurs de polar américains, a fait de Thomas Lynley, gentleman inspecteur de Scotland Yard, le héros récurrent de ses palpitantes enquêtes. La dernière en date, La Punition qu’elle mérite, nous emmène du côté de Ludlow, bucolique bourgade du Shropshire. On y a retrouvé pendu un diacre accusé de pédophilie, alors qu’il était en garde à vue. La version officielle accrédite la thèse du suicide. Ce qui laisse dubitatifs l’inspecteur et son auxiliaire, le sergent Barbara Havers, aussi têtue qu’elle est accro à la junk food et à la nicotine. Leur enquête va les conduire à rencontrer de multiples personnages, la plupart en proie à différentes addictions (alcool, opiacés, sexe…) et désireux de protéger des secrets bien enfouis. En quelque 670 pages portées par une intrigue aussi diaboliquement agencée que fertile en rebondissements, que la Reine Elizabeth s’emploie à dévoiler, avec un humour irrésistible.

Elizabeth George / La Punition qu’elle mérite – Presses de la Cité, mars 2019, 672 p.

Elizabeth George © Michael Stadler
Elizabeth George © Michael Stadler

Où la voir et l’écouter à Quais du Polar

VENDREDI 29 mars à 17h30 : Lieux hantés et inquiétante étrangeté – Des paradis noirs / à l’hôtel de ville

SAMEDI 30 mars à 10h30 : God save the Queen (1h avec Elizabeth George) / à la chapelle de la Trinité

SAMEDI 30 mars à 14h : Trou noir sur les albums de famille – trahison, tabou, secret / à la chapelle de la Trinité

SAMEDI 30 mars à 16h15 : présentation du film L.A. Confidential / à l’institut Lumière


Le thriller domestique de Shari Lapena

Après l’immense succès du Couple d’à côté, la Canadienne Shari Lapena reprend dans L’Étranger dans la maison son sujet de prédilection : le couple et les faux-semblants de la vie conjugale. L’intrigue, serrée (particulièrement dans le rush des dernières pages), décrit les mésaventures d’une jeune femme rendue amnésique par un accident dans un quartier mal famé où elle n’aurait jamais dû mettre les pieds. Comble de malchance, un meurtre a été commis non loin du lieu de son accident. Tout accuse l’héroïne, jusqu’à ce qu’un inspecteur particulièrement perspicace, et tenace, s’intéresse à son affaire… Un roman bluffant.

Shari Lapena / L’Étranger dans la maison – Presses de la Cité, janvier 2019, 304 p.


Où la voir et l’écouter à Quais du Polar

  • Samedi 30 mars à 16h : Le passé ne vous oublie jamais – à l’hôtel de ville
  • Dimanche 31 mars à 10h : Le roman noir, ce jardin du bien et du mal – à l’hôtel de ville

À LIRE AUSSI – Richard Lange n’est pas à Quais du polar, mais vous y trouverez certainement son livre…

Le saut de Lange

Le versant de la Cité des Anges choisi par Richard Lange, c’est celui des losers, des paumés, des cramés, des tarés, des ratés, des résignés et des toxicos… C’est là que l’on suit le héros de La Dernière Chance de Rowan Petty. Le but de cet arnaqueur charismatique un peu sur le retour : faire son dernier coup, ce fameux coup qui lui permettrait non seulement de payer les soins de sa fille atteinte d’une tumeur au cerveau, mais aussi de pouvoir enfin souffler. Et sortir du milieu dangereux où il tente de gagner sa vie, pas honnêtement mais avec un certain sens de la loyauté. À ses côtés, une sculpturale prostituée au grand cœur et un acteur de série alcoolique ; contre lui, une bande de Mexicains peu enclins à la sympathie. C’est mal barré. Mais, à l’instar de Rowan Petty, on ne lâche pas l’affaire. Scotché que l’on est par le suspense haletant et le portrait sans fard des frustrés du rêve américain.

Richard Lange / La Dernière Chance de Rowan Petty – Albin Michel, février 2019, 416 p.

à lire également
Reihane Taravati, Liao Yiwu et Alaa El Aswany – Assises internationales du roman 2019 © Reihane Taravati / Manuel Braun / Marc Melki (montage LC)
50 écrivains de 20 nationalités différentes sont attendus à Lyon à partir de lundi, jour d’ouverture des 13es  Assises du roman, sur le thème : “Le courage de la dissidence”. Avec Alaa El Aswany, Reihane Taravati et Liao Yiwu pour commencer.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut