De la maison des morts – Mise en scène Krzysztof Warlikowski © Clive Barda
De la maison des morts – Mise en scène Krzysztof Warlikowski © Clive Barda

Opéra de Lyon : Janacek et Warlikowski nous envoient au bagne

Ce lundi, on découvrira la vision du metteur en scène polonais sur De la maison des morts, l’adaptation par Janacek pour l’opéra du texte de Dostoïevski. Bienvenue en Sibérie.

Adaptation par le compositeur lui-même d’un roman de Dostoïevski, De la maison des morts est le dixième et dernier opéra de Leos Janacek. Cette œuvre semi-documentaire nous plonge dans l’univers du bagne sibérien au XIXe siècle (le roman de Dostoïevski a été publié en 1862) et nous dépeint le quotidien du monde carcéral à travers une galerie de portraits de détenus.

Acte ultime de Janacek, De la maison des morts est également l’une des plus laborieuses, où le compositeur, au sommet de sa maturité, s’interroge sur sa grammaire musicale, la forme et l’économie de moyens au service du jaillissement orchestral. Très apprécié à l’Opéra de Lyon – il n’est quasiment pas de saison sans qu’un Janacek soit au programme –, la grande singularité du compositeur s’exprime par une écriture personnelle hors des carcans et des tendances en vogue dans la première moitié du XXe (post-romantisme, atonalité, dodécaphonisme…). À tel point que l’opéra, composé en 1930, ne comporte ni stigmates ni rictus de son époque, tout en restant inscrit dans sa modernité.

C’est le chef Alejo Pérez qui assurera la direction d’orchestre tandis que Krysztof Warlikowski a la lourde tâche de passer après Chéreau et sa mise en scène historique de 2007, s’en défaire… et la dépasser ?

De la maison des morts – Du 21 janvier au 2 février à l’opéra de Lyon


[Article publié dans Lyon Capitale n°784 – Janvier 2019]

à lire également
Les Enfants du Levant, avec les enfants de la maîtrise de l’opéra de Lyon – Mise en scène Pauline Laidet © Stofleth
Fruit d’un partenariat avec le théâtre de la Renaissance, “Les Enfants du Levant” est une nouvelle production de l’Opéra de Lyon interprétée par des enfants et à destination… de tous dès 8 ans.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut