Nuits Sonores VS After Work #1

NUITS SONORES L’équipe vidéo d’After Work - qui n’avait à ce jour réalisée qu’un pilote d’émission - reprend la route pour fêter comme il se doit la grand-messe annuelle des musiques synthétiques : le festival Nuits Sonores.

Un œil sur la météo, l’autre sur l’épais livret contenant la programmation de la 8e édition du festival de musiques électroniques et indépendantes Nuits Sonores, c’est assez inquiet qu’organisateurs et spectateurs s’amassaient mercredi en début de soirée à la Piscine du Rhône, lieu aujourd’hui culte, accueillant chaque année, l’inauguration de l’événement. Au final, si le fond de l’air était frais, le gros de la manifestation fût et devrait être, tout au long du week-end, épargné pas les intempéries. Et le gros de la programmation se déroule presque essentiellement au Marché Gare. Le climat n’effrayant pas forcément le festivalier, pour ce premier grand rendez-vous, Arty Farty, l’équipe organisatrice, a fait le plein. Ça bouchonnait même pas mal devant le site principal du festival. Totalement transformé par rapport à l’édition 2009, le Marché Gare a donné sa pleine mesure. Les architectes, Antoine Trollat et Laurent Graber, ont manifestement pris un malin plaisir à scénographier l’espace à grands coups de lumières et de containers. Une vraie réussite visuelle sans faute de goût et totalement raccord avec l’esprit du lieu. Les 11 000 festivaliers présents ont pu y découvrir une toute nouvelle salle, sorte de mini Halle Tony Garnier et y apprécier (entre autres) le set dj bien rôdé et lourd en basses du Dijonnais Vitalic. Idéal pour commencer une soirée qui a pris fin au petit matin…Bref, un coup d’envoi en fanfare qui devrait raisonner un peu plus chaque jour jusqu’à dimanche soir, lors d’un final au Théâtre des Célestins, avec le concert spécial de The Residents.

Vidéos à suivre, chaque jour, sur le site de Lyon Capitale.

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut