Anciennes usines Fagor-Brandt Nuits Sonores 2017
Nuits Sonores

Nuits Sonores 2017 : la programmation des nuits dévoilée

L’équipe artistique de Nuits Sonores présentait mardi 14 février la programmation des soirées de l’édition 2017. Au menu, une sélection pointue qui couvre néanmoins de nombreux univers musicaux.

Vincent Carry et son équipe ont présenté ce 14 février la programmation des 4 soirées de la 15e édition de Nuits Sonores. Cette année, l’équipe artistique du festival n’a pas froid aux yeux et propose une sélection musicale relativement pointue. Celle-ci reste cependant assez accessible puisqu’elle couvre des univers musicaux relativement variés. Nuits Sonores affiche sa volonté de revenir aux fondamentaux de certaines scènes musicales en invitant leurs acteurs historiques. À ce terreau de pionniers, NS superpose une partie de la nouvelle génération composée d’artistes exigeants qui feront sans nul doute la musique de demain.

Hip-hop et électro pour la nuit 1

La halle 1 des anciennes usines Fagor-Brandt raisonnera une première fois sous la musique sombre et épileptique de Thimothée Gainet aka Poison Point. Le Lyonnais sera suivi par les synthés envoûtants du duo parisien Agar Agar. Fidèle représentant de la nouvelle scène électro norvégienne, Andre Bratten oscillera entre années 80 et électro actuelle. Il faut croire que les Nuit Sonores lui avaient manquées ! Vitalic opère un retour aux sources et viendra présenter ODC, son tout nouveau live. Toujours aussi hypnotiques, les frères Fognini de Mind Against clôtureront cette première halle sur un ensemble alliant lourdes basses et synthés légers.

 

À quelques mètres de là, sur la seconde scène, les deux Lyonnais de Macadam Mambo afficheront un univers mêlant disco, house, acid et new-wave. Après un passage chez BoilerRoom, The Pilotwings vogueront entre house et disco, puis Lord Of The Isles entraînera la salle dans un voyage onirique. Le duo Khidja proposera en live un savant mélange de musiques orientales et électroniques. La halle 2 rallumera finalement ses lumières sur le DJ set du duo Talaboman.

La halle 3 fera honneur au hip-hop en invitant le collectif Leanionnaire Mob pour un début de soirée explosif. Le rappeur autotuné Kekra viendra ensuite promener son masque de chirurgien sur la scène puis passera le mic à une voix sans effets cette fois, celle d’Ajtracey. Originaire de la banlieue sud de Londres, Michael Omari aka Stormzy viendra raconter sa jeunesse et parler d’amour avant de laisser la place à Lady Leshurr et son flow impeccable.

Circuit clubbing pour la nuit 2

Comme le veut la tradition, les lyonnais-es pourront se balader entre 15 clubs de la capitale des Gaules, avec notamment des étapes techno au Ninkasi en présence de Tommy Four Seven et au Petit Salon avec Ben Sims. Ambiance plus tropicale au Transbordeur avec Radio Meuh et Midnight Ravers. Des étapes fluviales sont également prévues dans certaines fameuses péniches lyonnaises comme au Sonic, à la Plateforme, à l’Ayers Boat Rock et au Bellona. D’autres pourront encore aller taper du pied du côté du Lavoir Public, de la Maison Mère ou encore du Terminal.

Nuit 3 : tour du monde musical

La troisième nuit de cette édition, s’ouvrira en halle 1 sur un DJ set de G’Boï et Jean Mi, deux Lyonnais qu’on surnomme "les chineurs de house". Toujours dans l’esprit de la house music, Fatima Yamaha prendra la relève pour un live alliant synthé mélodieux et basses vrombissantes. La légende vivante du free jazz se nomme Pharaoah Sanders. L’américain viendra montrer qu’à 76 ans, il n’a absolument rien perdu de son jeu. L’Australien Harvey Sutherland revient sur le devant de la scène avec son nouveau groupe Harvey Sutherland & Bermuda, en compagnie de Graeme Pogson à la batterie et de Tamil Rogeon aux instruments à cordes. La fin de soirée se composera d’un live de Floating Points (créateur du morceau Nuits Sonores) puis d’un DJ set de Funkineven, mélange de techno, house et boogie.

La halle 2 laissera un peu plus de place à la parité. L’auteur de "Adieux au Dancefloor" Marie Davidson emboîtera le pas à la techno de Markus Gibb. Ancienne journaliste de Vice, Aurora Halal précédera le B2B de François X et Bambounou. La soirée se terminera finalement sur la techno toujours plus sombre d’Helena Hauff, en versus avec Umwelt.

La halle 3 promet un voyage dans les contrées désertiques du Moyen-Orient avec Ashinoa puis Mustafa Özkent Ve Belçika Orkestras. Le grand Omar Souleyman viendra enchanter le dancefloor en diffusant ses tubes aux rythmes saccadés. Il sera suivi par Moscoman, directeur du label Disco Halal, puis par King Ghazi qui promet un voyage musical unique.

 

Une 4e nuit historique

Monument de la scène électro syrienne, Rizan Sa’id ouvrira cette dernière soirée en halle 1. Errorsmith promet une expérience musicale psychique et dévorante, quant à Tom Rowlands et Ed Simons de The Chemical Brothers, ils poseront leurs valises à Nuits Sonores le temps d’un DJ set exclusif. L’ancien ténor de la scène techno française DJ P. Moore viendra asseoir son grand retour et clôturera la soirée sur cette première scène.

 

En alternant disco new-yorkaise et house des années 80, Sentiments diffusera les premières notes de la 2e scène, puis Raheem Experience présenteront un live à 6 mains ! Figure incontournable de la scène électro japonaise, Soichi Terrada prendra le relais avant de laisser les platines au bulgare Kink. La soirée se terminera avec la house rétro-futuriste du duo de Beautiful Swimmers.

La halle 3 raisonnera sous le rock puissant de Pratos puis le trio du groupe Beak s’armera d’une guitare, d’un clavier et d’une batterie pour déployer une transe anxiogène et envoûtante. 9 ans plus tard, Einstürzende Neubauten reviennent sur la scène de Nuits Sonores en proposant une musique toujours expérimentale et industrielle. Ils seront suivis par un live de l’écossais Thomas Clarke aka MRTC. Pour le moment, le dernier invité de la halle 3 n’est pas encore dévoilé.

Pour retrouver la programmation des days, cliquez ici.

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut