William Aresten Nomade Land
© Sylvian Baudry

Nomade Land emmène les promeneurs dans le passé et le futur du métro B

Explorer le métro de Lyon avec Nomade Land, c'est faire un voyage tant géographique que temporel. Samedi, la promenade était consacrée au métro B.

Claude Kovatchevitch (à gauche), à la sortie de la station Place Guichard

© Sylvian Baudry
Claude Kovatchevitch (à gauche), à la sortie de la station Place Guichard

Le rendez-vous était donné à Charpennes, près des anciens locaux de la Semaly (Société d'études du métro de l'agglomération lyonnaise). Claude Kovatchevitch commence par saluer la mémoire de René Waldmann, décédé en novembre 2017, qui avait ici-même, dans les années 1960, conçu le métro lyonnais "presque de A à Z".

Démarrer de Charpennes avait une autre signification. Pour cette promenade urbaine, l'historien de la ville Claude Kovatchevitch souhaitait également suivre l'évolution chronologique du métro B, qui n'a d'abord compté que 3 stations : Charpennes, Brotteaux et Part-Dieu. "Part-Dieu représentait le "nouveau centre" de Lyon à l'époque. L’État a donc demandé à ce que les Brotteaux, le centre historique de Lyon, y soit relié. C'est ainsi qu'est née la ligne B", éclaire le concepteur de la promenade.

"Découvrir autrement la ville"

À chaque arrêt, la trentaine de promeneurs est invitée à sortir, pour constater à quel point l'arrivée du métro en 1978 a une influence à la surface. La Part-Dieu, notamment, fait l'objet d'une attention particulière. "Cela s'est joué à quelques années, mais la SNCF n'avait pas encore décidé de l'emplacement exact de la nouvelle gare. Comme le centre commercial était construit avant, la station est dessous, détaille le géographe Claude Kovatchevitch. Et lorsque la gare est arrivée, on a décidé de ne pas déplacer la station."

Le voyage spatio-temporel se poursuit jusqu'à Jean-Macé, où le métro n'est arrivé qu'en 1981, devenant le nouveau terminus. Frédéric, pourtant usager de la ligne B, est particulièrement observateur et attentif, d'autant plus que ce n'est pas sa première promenade avec Nomade Land : "Ces visites me permettent de découvrir autrement la ville, apprécie le Lyonnais. Cela nous fait prendre conscience de choses auxquelles on ne fait pas forcément attention, en allant travailler par exemple."

Une fréquentation qui va augmenter de 40 %

Pour terminer la visite, il faut changer de millénaire pour arriver jusqu'à Gerland, et enfin plonger sous le Rhône pour atteindre Oullins, terminus actuel de la ligne depuis 2013.

William Aresten explique le fonctionnement de la station Charpennes

© Sylvian Baudry
William Aresten explique le fonctionnement de la station Charpennes

Là, le complice de Claude Kovatchevitch pendant la promenade, William Aresten, en profite pour emmener les promeneurs dans le futur : "En 2023, la fréquentation du métro B devrait augmenter de 40 %, prévient l'urbaniste et ingénieur en transports. Elle est la ligne prioritaire. Dès 2019, elle sera équipée de 4 rames automatiques, et sera totalement automatisée en 2023." D'ici là, le métro B comptera deux nouvelles stations, au centre-ville d'Oullins, et près des hôpitaux Sud.

Après le A et le B, Nomade Land organisera une visite du métro D le 24 février. Plus d'informations ici.
à lire également
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale - Qui dit que l'information rime avec sérieux ? La satire, c'était le dada de Lyon Capitale dans la rubrique "On se mêle de tout".
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut