Florence Verney-Carron
©Tim Douet

Musée des Tissus : Wauquiez veut des "grands espaces de scénographie"

Laurent Wauquiez était en déplacement, vendredi dernier, au Centre national du costume de scène (CNCS), afin de s'inspirer pour l'aménagement du Musée des tissus. L'agencement des espaces et la conservation des tissus étaient aux centre de la visite.

Vendredi dernier, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes s'est déplacé à Moulins pour visiter le CNCS. Il est venu y chercher de l'inspiration concernant l'aménagement du musée des tissus, dont les travaux devraient commencer dès 2019.

Avec une réserve de plus de 10 000 costumes, et une scénographie renouvelée à chaque exposition, le CNCS reçoit 80 000 visiteurs pas an. Il est la plus grande réserve de costumes de France. Laurent Wauquiez est donc venu étudier la disposition de ce centre pour le Musée des tissus de Lyon.

De nombreuses particularités au CNCS

Créée dans une ancienne caserne, la présence de grands espaces est la première particularité du CNCS. Cela permet aux visiteurs d'avoir plusieurs perspectives sur les costumes. Toutes les vitrines de costumes sont accompagnées d'un extrait vidéo permettant de visualiser le mouvement du vêtement sur scène, retenant l'attention de Laurent Wauquiez et son équipe. Le centre détient aussi un service d'humidification de l'air, dans tout le bâtiment, permettant une meilleure conservation des pièces. La région souhaite mettre en place ce dispositif au Musée des tissus.

Le mode de fonctionnement du CNCS était aussi au centre des discussions. Trois groupes scolaires étaient présents pour des ateliers et des visites. Cette relation avec le milieu scolaire a convaincu Laurent Wauquiez : "Il nous faut à tout prix des grands espaces pour la scénographie et pour pouvoir accueillir des scolaires au Musée des tissus à Lyon !"

La région affirme que certains mécènes se sont déjà en pour parler. Aucune maison de haute couture ne s'est encore manifestée concernant le financement, mais la région continuera son projet coûte que coûte : "La région n'abandonnera pas. On assumera notre responsabilité malgré le désintérêt de la ville", affirme son président. Les travaux débuteront dès 2019.

à lire également
bouchons
Interpellée ce vendredi au sujet du projet de l’A45 entre Lyon et Saint-Etienne, Élisabeth Borne, la ministre des Transports, a assuré que “toutes les solutions sont étudiées” au gouvernement. Sans toutefois évoquer d’alternative… 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut