Musée des tissus2© Tim Douet
© Tim Douet

Lyon : réunion sous tension pour sauver le musée des Tissus

Un comité de pilotage se tient ce jeudi après-midi afin de trancher sur l’avenir du musée des Tissus. La Région avait promis d’investir pour sauver le musée, soutenue par l’État mais aussi par les professionnels du tissu. Reste à persuader la mairie et la métropole de Lyon, qui pour l’heure ne semblent pas convaincues de rejoindre le pot commun.

Lorsque Denis Broliquier a amené le sujet au conseil municipal ce mardi, l’atmosphère de la salle s’est refroidie. Le maire du 2e arrondissement a notamment critiqué l’absence de la ville et de la métropole dans ce dossier, provoquant une réponse sèche de la part du nouveau maire, Georges Képénékian. Ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué de réitérer ses doutes face au projet de la chambre de commerce (CCI), en insistant le "manque d'ambition" du projet. Pour les proches de Laurent Wauquiez, abandonner reviendrait à sacrifier le musée. Car le musée des Tissus est un sujet de discorde de longue date parmi les élus locaux. Selon Stéphanie-Anne Pinet, du cabinet de Denis Broliquier, “tout le monde a fait des efforts pour venir en aide au musée, avec la Région comme locomotive”. Elle avoue cependant douter de l’implication de la ville de Lyon et de la métropole. Laurent Wauquiez avait promis il y a quelques semaines que la Région était prête à devenir le premier financeur du projet. Le président du conseil régional avait alors mis sur la table un chèque de 10 millions d’euros, et promettait 1 million par an pour les frais de fonctionnement. Suite à cette promesse d’investissement, la CCI, propriétaire des lieux, avait émis l’hypothèse de les lui céder pour un euro symbolique. Pour l’heure, les seuls qui n’ont pas indiqué vouloir mettre la main au portefeuille sont la métropole et la ville de Lyon. Si les têtes ont changé dans les deux institutions, Stéphanie-Anne Pinet s’avoue sceptique sur la rencontre d’aujourd’hui : “Je ne suis pas sûre que cela va changer grand-chose”, déplore-t- elle. Contactés, ni le conseil régional, ni la métropole, ni la mairie n’ont souhaité communiquer en amont de la réunion.

à lire également
Étienne Blanc, au conseil régional, en mai 2018 © Tim Douet
L’alternance dans la continuité, propose Étienne Blanc à la droite lyonnaise. Tendant la main aux élus Synergies du Grand Lyon. Objectif : ramener au bercail le peuple de droite séduit par Collomb. De la région, où il fait office de président bis, Étienne Blanc plaide pour une métropole dont le développement s’appuie sur les territoires voisins.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut