Quentin Zuttion, Cy et Zack Deloupy au Lyon BD Festival 2018 – © Francesco Lamonaca

Lyon BD : "Dur de trouver un éditeur quand on fait du cul"

Qui a dit que le sexe et la bande dessinée ne pouvaient pas faire bon ménage ? Certainement pas Cy, Quentin Zuttion et Deloupy. Les trois illustrateurs et scénaristes se sont retrouvés à l’hôtel de ville à l’occasion du Lyon BD Festival, pour évoquer ensemble la sexualité comme on la vit au quotidien. Des ratés, des déceptions, de l’excitation et de la sensualité. Défi relevé par les trois auteurs amateurs de strips dénudés.

Trois auteurs, trois albums, un thème : la sexualité, et le corps lorsqu’il sert de moyen pour le plaisir. Cy, Monsieur Q - qui signe désormais sous son vrai nom, Quentin Zuttion - et Zac Deloupy ont proposé leur vision du corps humain, et des relations charnelles, dans tout ce qu’elles ont de plus “véritable”. Rien ne m’énerve plus que la caméra qui se détourne d’une scène de sexualité dans un film”, avoue Deloupy. L’auteur du plébiscité Love story à l’iranienne s’essaie à un nouveau genre avec un album qui devrait sortir prochainement : Pour la peau. Il y a beaucoup de bandes dessinées “masturbatoires”, mais ça ne m’intéresse pas. Je voulais quelque chose qui soit un récit.” Pour la peau raconte l’histoire charnelle d’un homme et d’une femme, chacun marié de son côté, qui se retrouvent pour coucher ensemble. Cet album se construit avec le point de vue de l’homme, dessiné au stylo couleur, et celui de la femme, à l’encre et au crayon. Sandrine Saint-Marc m’a aidé à trouver la justesse du point de vue féminin, me ramenant parfois à la réalité”, confie l’auteur.

Le jeune Quentin Zuttion propose en exclusivité pour Lyon BD son album Chromatopsie, dans lequel il met en couleur et en dessin les émotions qui se matérialisent sur le corps humain. Dans cet album, on est témoin de quelque chose. Il y a aussi un côté revanchard sur ce qui a pu se passer. Je parle du coming out, par exemple. Il y a toujours cet aspect d’excuse, où on se sent obligé de protéger nos proches. Alors que non, parfois on a envie que ça pète”, présente le jeune auteur.

Le vrai sexe de la vraie vie

Dessiner ce qu’il se passe vraiment, c’est aussi le choix qu’a fait Cy. L’auteure, qui a fait ses débuts “de cul” sur le site Madmoizelle signe aujourd’hui le deuxième tome du Vrai sexe de la vraie vie. J’ai reçu environ 200 témoignages qui me parlent de ce qui se passe vraiment quand on couche avec quelqu’un. Le but, c’est que les gens puissent se reconnaître dans les histoires, et se rendre compte qu’ils ne sont pas tout seuls à avoir vécu ces situations gênantes. C’est dingue que quelque chose comme le sexe, qui ne concerne que nous, puisse faire autant culpabiliser”, décrypte Cy. Au milieu des histoires qu’elle retranscrit, on trouve des tutos pratiques sur le préservatif ou le consentement : J’ai eu des retours d’infirmières de collège qui utilisent mes planches et les placardent dans les établissements. Tout est libre de droit, le but, c’est aussi que ça serve”, se réjouit l’auteure. Entre deux tutos, des “fails de cul” : Quand je lisais les témoignages, et que je trouvais dix témoignages qui racontaient exactement la même chose sur l’amour pendant les règles, ça devenait une évidence : il fallait que j’en parle. Et rien ne me fait plus plaisir que quand quelqu’un me dit que je l’ai aidé à se décomplexer, à se sentir mieux.”

Briser les tabous

Ce qu’il faut défoncer, c’est le patriarcat. Le sacro-saint phallus !” Quentin Zuttion donne le ton. Avec leurs albums, les auteurs se lancent le défi un peu fou de briser les tabous. Dur de trouver un éditeur quand on fait du cul  !” lance Cy. Soit ce n’est pas assez porno pour les éditeurs spécialisés, [soit] trop pour les éditeurs classiques”, poursuit Deloupy. J’ai trouvé la petite maison Lapin, qui a accepté ma bande dessinée. Mais les autres maisons n’étaient pas intéressées. Soit parce que ça ne leur plaisait pas, [soit] parce que c’était “trop”. Mais je n’aurais pas accepté de modifier l’histoire pour être publiée. Le côté graphique, oui, mais pas le scénario”, explique Cy. Pour Quentin Zuttion et Deloupy, même combat : hors de question de faire des concessions sur le scénario. Il y a toute une nouvelle génération d’auteurs qui arrive qui est prête à parler de tout, de manière beaucoup plus décomplexée”, constate Deloupy, avant que Quentin Zuttion ne poursuive : Il faut éduquer les jeunes, il ne faut pas leur retirer le porno, parce que ça serait ridicule, mais il faut leur montrer qu’il y a autre chose, qu’on peut faire l’amour de mille manières différentes, et surtout que le rôle qu’on donne souvent à la femme comme étant soumise dans le porno, ce n’est pas la vraie vie. Ce n’est pas un statut, c’est un rôle, joué.” Et Cy de conclure : Je ne suis pas contre le porno, je suis contre le fait qu’on ne voie que ça.”

En brandissant fièrement leurs albums, les auteurs espèrent voir changer les choses. Il n'y a pas que des relations de couple avec un homme et une femme, blancs, ensemble depuis longtemps... Il y a des centaines d'autres possibilités, et je voulais aussi et surtout parler d'eux.” La jeune auteure sera en compagnie de Deloupy ce samedi à 16h30 à la Fnac Bellecour.

à lire également
Etat des lieux (détail) © Jibé
BD – Docteur Jibé a installé son cabinet en juin dernier place des Terreaux, pour ausculter le milieu de la BD. Pouls des libraires, température des éditeurs, réflexes vitaux des auteurs, avec au passage un scanner détaillé de la chaîne économique de la BD papier.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut