Capture d’écran 2012-05-25 à 10.43.24

Le Théâtre de l'Iris assigné en justice

Les jours sont comptés pour le Théâtre de l'Iris. Devenue ''occupant sans titre'' depuis que son bail a pris fin, le 31 décembre 2011, l'association Théâtre et Compagnie se retrouve assignée devant le tribunal de grande instance. Situé rue Francis de Pressensé, ce lieu culturel majeur de Villeurbanne se dirige donc vers un procès, dont l'issue est incertaine.

Depuis 1988, le Théâtre de l'Iris a fait sa place dans la vie culturelle villeurbannaise. Plus de 200 000 personnes ont déjà assisté à l'un des 400 spectacles joués sur les planches de ce théâtre de 1000 m². Malheureusement, la menace d'expulsion qui plane sur l'Iris risque d'y mettre un terme. Le 9 mai dernier, l'association reçoit une assignation devant le tribunal de grande instance. Le propriétaire souhaitant récupérer son bien, il avait informé ses locataires en juin 2011 que leur bail ne serait pas renouvelé après le 31 décembre. Mais en dehors de ces deux missives officielles, celui-ci ne communique guère avec le théâtre. En décembre, c'est le promoteur pressenti pour le rachat du bâtiment qui contacte la mairie. Tentant de sortir de cette ''situation de blocage'', il propose de construire des logements dans les étages et de réserver une place pour le théâtre au rez-de-chaussée ou au sous-sol.

Vers une intervention de la ministre ?

Le projet était encore à l'étude quand, le 10 mai, la mairie informe l'Iris que le promoteur l'abandonne, sans qu'aucune explication ne soit apportée. La veille, l'association venait justement d'apprendre qu'elle était assignée en justice. ''Nous avons des raisons de penser que le bâtiment sera rasé, pour qu'autre chose soit construit à la place'' confie une membre de l'association. Or, selon une ordonnance du 13 octobre 1945, "aucune salle de spectacles publics (qui donne) des représentations dramatiques (…) ne peut recevoir une autre affectation ni être démolie sans que le propriétaire (...) ait obtenu l’autorisation du ministre chargé de la culture". Philippe Clément, le directeur du théâtre, avoue ignorer si ce texte suffira à faire survivre l'Iris. Toutefois, la longue procédure qui s'annonce l'autorise à programmer sa prochaine saison de représentations, qui sera peut-être la dernière.

La Ville mobilisée

En 2005, Théâtre et Compagnie avait déjà été confronté à une situation similaire. Le congés envoyé par le propriétaire fut toutefois déclaré nul, du fait des vices de formes qu'il comportait. Le bail, reconduit pour 6 ans, est donc arrivé à son terme en 2011. Depuis que le nouveau congés lui est parvenu, valide dans sa forme, Théâtre et Compagnie multiplie les actions pour alerter sur sa situation. Une pétition, consultable sur le site Internet du théâtre, a déjà recueilli 7 000 signatures d'amateurs et professionnels du monde artistique. A la mairie de Villeurbanne, la question d'un éventuel relogement ne se pose pas. ''Notre but est que l'Iris reste à Villeurbanne, nous utiliserons tous les moyens pour parvenir à cette finalité'' déclare Loïc Chabrier, adjoint à la culture de la Ville. ''Tous ces soutiens montrent l'importance de l'Iris dans la vie culturelle locale'' estime Philippe Clément, qui compte faire valoir cet argument lors de l'audience. ''Selon nous, il s'agira dans ce procès de défendre l'intérêt général contre l'intérêt d'une seule personne.''

Lire aussi  : Le Théâtre de l’Iris va-t-il devoir fermer ses portes ?

à lire également
La soprano Véronique Gens dans “La Voix humaine” de Jean Cocteau – Mise en scène Christian Schiaretti © Danielle Pierre
Si le patron du TNP avait repris quelques-uns de ses spectacles la saison dernière, il avait rendu copie blanche en termes de création. Christian Schiaretti se rattrape cette année, avec Claudel, Vitrac et Cocteau. À voir – et entendre – dès mardi.
1 commentaire
  1. alapotonio - 2 juin 2012

    Je suis ravi que Lyon Cap couvre les problèmes du théâtre de l'iris, mais je m'interroge, sur 'l'omerta'journalistique ( à moins que j'ai loupé des épisodes) concernant la fermeture du théâtre de la Platte rue Leynaud. Une bien étrange histoire dont il est très difficile de connaître les vraies raisons de cette fermeture. Si l'un de vos journaliste s'y intéressait je pense qu'il ne serait pas au bout de ses peines;

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut