Le rockin’ Shakespeare de Jean-Michel Rabeux à la Croix-Rousse

Jean-Michel Rabeux signe une mise en scène de La Nuit des rois très rock’n’roll, qui cadre parfaitement avec l’œuvre shakespearienne. À voir au théâtre de la Croix-Rousse jusqu’à samedi.

L’intrigue de La Nuit des rois part d’un naufrage. Celui que font un frère et sa sœur jumelle. Tous deux rescapés, mais chacun croyant l’autre noyé(e), débarquent dans un étrange pays. Où la principale occupation semble être de faire la fête et de nouer des intrigues amoureuses compliquées. Ce n’est pas faire un crime de lèse-Shakespeare que d’affirmer que cette trame n’est pas forcément la mieux tissée de ses pièces. Au vrai, elle n’est qu’un prétexte à brosser une série de portraits et de scènes dont le comique est irrésistible.

Dans cette galerie de personnages facétieux et grotesques émargent des pochards philosophes, des crétins attendrissants et une princesse qui s’embrase quand on l’embrasse. Les farces, les quiproquos basés sur des déguisements brouillant les identités sexuelles se multiplient dans un registre qui n’est pas celui de la finesse. Mais il y a une énergie, une folie dans cette comédie qui font oublier son caractère répétitif et sa durée un poil excessive. C’est de cette vitalité, essentielle à la pièce, que s’empare Jean-Michel Rabeux pour la transformer en comédie rock’n’roll.

Musique live

Dans un décor fait de matériaux bruts, de peintures naïves et géantes, le metteur en scène intègre en effet une belle sélection de standards du rock et du rhythm’n’blues. Des morceaux, de Ray Charles à Nina Simone en passant par Screamin Jay Hawkins ou les Blues Brothers, qui sont joués en direct et scandent parfaitement les péripéties de l’œuvre. Leur interprétation est d’ailleurs si soignée et convaincante que l’on a souvent autant l’impression d’assister à un concert qu’à une représentation théâtrale. Même si le texte, remanié de façon moderne par Rabeux, comporte de jolies trouvailles. Et qu’il est défendu par une belle brochette de comédiens, maquillés comme des voitures volées et habillés comme l’as de pique.

La Nuit des rois. Jusqu’au 27 octobre, à 20h, au théâtre de la Croix-Rousse.

à lire également
Bells and Spells / Casus Circus / Federigo © Richard Haughton / Dylan Evans / Remy Huart (montage LC)
Camille Germser ramène ses plumes à la Croix-Rousse, Aurélia Thierrée (oui, la sœur de James) fait sonner ses cloches aux Célestins et le Casus Circus entrouvre son cabaret à Saint-Priest. Cette semaine, les théâtres de l’agglomération prennent clairement des couleurs de fin d’année.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut