Chaise (Edward Bond) et la Grande Saga de la Françafrique – à l’affiche à Lyon cette semaine © Romain Etienne / Vincent Muteau
Chaise (Edward Bond) et la Grande Saga de la Françafrique – à l’affiche à Lyon cette semaine © Romain Etienne / Vincent Muteau

La Saga de la Françafrique et autres pièces à voir à Lyon cette semaine

L’histoire, la répression, la prison et la fin du monde. Programme très politique sur les scènes lyonnaises cette semaine (mais non sans humour). Que l’on finira avec le merveilleux Patrick Chesnais.


La Grande Saga de la Françafrique © Vincent Muteau
La Grande Saga de la Françafrique © Vincent Muteau

L’histoire de France décapée à l’Astrée

Le théâtre de la Doua propose un cycle de six spectacles destinés à éclairer des pans déterminants de “notre (folle) histoire”.

À commencer par l’incontournable Grande Saga de la Françafrique, un one-man show documentaire porté par Jérôme Colloud, qui se penche sur les liens politiques troubles unissant la France et le continent africain depuis 1958. Une fable satirique à l’humour ravageur.

La Grande Saga de la Françafrique – Mardi 15 janvier à 19h19 au théâtre Astrée, sur le campus de la Doua


Bond à l’Élysée

Chaise d’Edward Bond – Mise en scène Mehdi Belhaouane © Romain Etienne
Chaise d’Edward Bond – Mise en scène Mehdi Belhaouane © Romain Etienne

Après Assoiffés de Wajdi Mouawad cet automne, l’Élysée nous propose cette semaine un autre grand texte d’un auteur contemporain : Chaise d’Edward Bond. C’est Mehdi Belhaouane qui met en scène ce spectacle qui nous propulse en 2077, dans un monde ultra répressif peut-être pas si différent du nôtre.

Bond / Chaise – du 16 au 19 janvier à 19h30 au théâtre de l’Élysée (Lyon 7e/Guillotière)


Michalik ubiquiste

Alors que son Porteur d’histoire tient l’affiche depuis fin septembre à la Comédie-Odéon, on pourra voir samedi la dernière pièce d’Alexis Michalik, Intra muros, au Briscope.

Intra muros – samedi 19 à 20h30 au Briscope (Brignais)


ET TOUJOURS (voir semaine précédente)

– La Réunification des deux Corées de Joël Pommerat au TNP, qui affiche complet à toutes les représentations mais une liste d’attente est dressée chaque soir sur place

– Le Misanthrope vu par Thibaut Perrenoud à la Croix-Rousse / mardi à vendredi à 20h

– Les Fracassés, de Kate Tempest, au Point-du-Jour / mardi à jeudi à 20h30

– la dernière des Frustrées, l’adaptation de Brétecher, aux Clochards-Célestes / lundi à 19h30


ET ENCORE

– Andromaque, de Racine, par le collectif La Onzième, qui prendra la suite des Frustrées aux Clochards-Célestes / mardi à jeudi à 20h30

– suivie au même endroit par Des hommes libres, inspiré d’un documentaire sur la junte militaire indonésienne, qui se pose la question de la parole des assassins / du 16 au 21 (attention, certaines dates affichent déjà complet)

– Ponce Pilate, un texte de Roger Caillois joué par des comédiens marionnettistes à la Renaissance / jeudi et vendredi à 20h, samedi à 19h

Après la fin, de Dennis Kelly, la relation contrainte d’au théâtre de Vénissieux / vendredi à 20h

– et pour retrouver le sourire, Tant qu’il y a de l’amour au Toboggan, avec Patrick Chesnais, qui en profitera pour présenter l’après-midi le film Je ne suis pas là pour être aimé / samedi à 20h30 (film à 16h30)


ET PLUS LOIN

– Pale Blue Dot, une histoire de Wikileaks, au théâtre de Villefranche / lundi et mardi à 20h30

à lire également
Frédéric Ferrer propose aux Ateliers (la deuxième adresse du TNG) jusque fin janvier une série des “cartographies” dont il est l’auteur et l’interprète. Soit des conférences-spectacles qui ont pour thèmes des questions essentielles liées à l’environnement. Il évoque avec nous la nature et les enjeux de ces drôles de créations théâtrales.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut