LA MAISON DE LA DANSE POURRAIT VALSER A VENISSIEUX

Il voudrait faire construire, à Lyon, "la première maison de la danse au monde conçue pour la danse". Dans une note adressée aux financeurs publics, il constate que "le bâtiment actuel ne correspond plus au développement de la danse à Lyon", proposant, au mieux, la "création d'un nouvel équipement" dans "une agglomération reconnue, dans le monde, comme une capitale de l'art chorégraphique" et, au pire, l'annexion de locaux proches de l'actuelle salle du 8e arrondissement.

Le ministère de la culture s'est montré intéressé, n'ayant plus d'investissements en projet sur Rhône-Alpes. Idem pour la Région. Restait à convaincre la ville et le Grand Lyon. Rapidement, Gérard Collomb qui dirige les deux collectivités a convoqué Darmet pour enterrer l'hypothèse du Confluent (solution idéale préconisée dans la note confidentielle) et lui proposer Le Puisoz. Ce quartier de Vénissieux, où devait s'installer initialement le Grand stade de l'OL, fait l'objet d'une importante opération immobilière. Guy Darmet accepte immédiatement d'y poser ballerines et tutus. Depuis, silence radio. L'affaire patine. L'adjoint à la culture, Patrice Béghain, pourtant absent des négociations, se fend d'un frileux : "Il n'y a pas matière à déclaration sur un projet pas concerté avec les autres partenaires." On ne saurait mieux ne rien dire. Même stratégie au cabinet du président du Grand Lyon, où l'on affirme mollement que "le dossier est à l'étude".

De fait, outre que le projet urbain du Puisoz manque de clarté et de cohérence (lire encadré), les échéances électorales gèlent tous mouvements neuronaux chez les politiques et leurs fonctionnaires. D'autant plus que Gérard Collomb n'imagine pas la culture comme une priorité de son éventuel second mandat.
Reste donc à Guy Darmet de convaincre les élus que ses 160 000 spectateurs partagent son désir. Et aux élus de répondre aux questions posées. La culture, absente des élections présidentielles, pourrait finalement s'inviter au débat, lors des municipales.

Faire défiler vers le haut