fils-de-mandarin
©ADR Production

L'histoire des travailleurs indochinois enrôlés de force

Aux reconstitutions et saynètes de marionnettes sur eau - art traditionnel vietnamien - Lam Lê mêle le témoignage de plusieurs travailleurs qui ont dû quitter leur pays natal dès 1939 afin de servir la « Mère Patrie ».

On estime que durant cette période, près de 20 000 travailleurs vont être prélevés en Indochine. Victimes de razzia ou bien enrôlés volontaires, la désillusion arriva bien vite, car dès l’embarquement, ils furent « moins bien traités que les vaches ». A peine débarqués, ils furent cantonnés dans des prisons initialement prévues pour les allemands, puis éparpillés dans les usines françaises vidées de leurs ouvriers. Après la défaite française, au sein du ministère du travail de Vichy, c’est le bureau de la M.O.I (Main d’œuvre indigène) qui se chargea de louer les travailleurs aux entreprises françaises, souvent dans les travaux les plus durs : les marais salants, les usines d’armement et les rizières de Camargue, qui ont certainement oublié le tribut qu’elles doivent à ces travailleurs forcés.

Les témoignages recueillis sont poignants : payés dix fois moins qu’un ouvrier français, logés dans des baraques sans sanitaire, eau ou électricité, sous équipés, beaucoup moururent au travail.

C’est dans ces conditions difficiles, de promiscuité, de misère et de désespoir que se mirent en place les premières organisations politiques, et des cours d’alphabétisation pour cette grande majorité de campagnards ne sachant ni lire ni écrire. Ces organisations d'obédience communistes publièrent des journaux, dont Cong Binh, d’où le film tire son titre. Lam Lê relate également les sanglantes luttes de pouvoir entre trotskystes et staliniens qui se sont déroulées dans cette communauté. Même Hô-Chi-Minh, le leader vietnamien qui combattit le pouvoir colonial passa leur rendre visite.

Rentrés au Vietnam ou restés en France, rejetés car étrangers ou traîtres, ils ont tous en commun d’avoir gardé le silence que ce film brise.

Cong Binh, la longue nuit indochinoise

A l'affiche du cinéma CNP Bellecour de Lyon. Vendredi 14/02, samedi 16/02, Dimanche 17/02 la séance de 17h45 sera en présence de Lam Lê.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut