L'acte de naissance de vos grands-parents sur le web !

Les archives municipales de Lyon mettent en ligne l'Etat civil de Lyon. Les documents sont désormais accessibles à partir du site www.archives-lyon.fr.

Les archives lyonnaises ont inauguré une salle de lecture virtuelle, portail de recherche de documents publics et privés entièrement numérisés. L'accès est totalement gratuit et les 4000 registres et plans numérisés sont libres de droits. Ce portail permet la recherche, l'impression et la constitution d'albums personnels de documents. Les internautes peuvent dès à présent consulter l'Etat civil, les délibérations du Conseil Municipal et un ensemble de cartes et plans de la région lyonnaise datant d'avant 1907. Prochainement, les archives mettront en ligne les registres des enfants abandonnés.

Cela facilitera grandement la tâche de ceux qui veulent faire leur arbre généalogique. Ainsi, la directrice des archives lyonnaises, Anne Catherine Marin, constate que depuis la mise en ligne des archives, 99 % des connexions concernent les registres paroissiaux et l'Etat civil. Roland Gennerat, vice-président de la Société Généalogique du Lyonnais et du Beaujolais se réjouit de cet accès gratuit et simple. " Lyon est une grande métropole et la numérisation, c'est vraiment important. Dommage que d'autres villes en France ne suivent pas son exemple, qu'elles soient aussi frileuses. " Lyon est en effet la première ville de France à assurer la mise en ligne de l'Etat civil jusqu'en 1907.

Georges Kepenekian, adjoint au maire et délégué à la culture et au patrimoine est enthousiaste : " Avec la numérisation, c'est une autre manière de vivre la culture. Cela fait partie intégrante de la volonté de la ville de faciliter l'accès à l'information, dans un objectif de service public. "
Dans la mouvance du texte de loi du 15 juillet 2008 qui change les délais de communicabilité de certains documents, la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) a finalement autorisé la mise en ligne des archives publiques et privées de plus de cent ans. " Mais il n'est pas judicieux de tout mettre en ligne, rappelle Anne Catherine Marin, certains documents nécessitent un travail de contextualisation et d'accompagnement. "
'Cette mise en ligne a aussi des conséquences très concrètes dans nos relations avec les mairies d'arrondissement ", a-t-elle déclaré. Elle explique que la consultation peut être liée à une logique administrative et la copie de certains documents peut être nécessaire pour l'édition de documents officiels comme les passeports.

Le site totalise quotidiennement 850 connexions. Anne Catherine Marin insiste : " Il s'agit de rendre l'internaute toujours plus autonome, afin qu'il puisse prendre du plaisir à faire des recherches, qu'il ait tous les outils à sa portée. " Elle concède ensuite qu' " effectivement pour les documents anciens, il faudra peut-être que l'internaute fasse quelques efforts de lecture. " Certains documents numérisés sont plutôt difficiles à lire sur écran et l'impression est plutôt mauvaise. Mais ces défauts seront réglés au plus vite par la société prestataire Archimaine qui gère le site.

Marine Badoux

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut