Danse guerriers de la ville Nguyen 1
© Cie Par Terre

Interactif : Danse des guerriers de la ville à Saint-Priest

Le théâtre Théo-Argence propose une expérience inédite, aux petits comme aux grands : devenir danseur, grâce à une immersion totale à l’intérieur du hip-hop.

Imaginé par la chorégraphe Anne Nguyen, Danse des guerriers de la ville est un parcours d’installations interactives et immersives autour de la danse hip-hop. Guidé depuis l’espace urbain par une frise de personnages photographiés en mouvement, le spectateur pénètre dans un espace intime et explore une série d’installations interactives mettant en œuvre différents procédés vidéo tels que captation et animation en direct, montage interactif et réalité virtuelle : film à 360 °, chorégraphie virtuelle, transformation de l’image du spectateur… Tuts, bounce, flow, freestyle, jam, chaque installation porte le nom d’éléments de la danse hip-hop que le spectateur est incité à expérimenter pour entrer en relation avec les images vidéo et les sons qu’il perçoit ou pour jouer avec sa propre image. Cette expérience sensorielle lui permet de se mettre à la place du danseur hip-hop et d’éprouver ce qu’il vit lorsqu’il exécute des figures insolites ou improvise des mouvements. Pour Anne Nguyen, Danse des guerriers de la ville évoque les fondations et les aspirations de la danse hip-hop : le désir de s’approprier les formes et les énergies qui entourent le corps contemporain, le besoin de renouer avec l’instinct animal et de développer l’exubérance physique, la recherche d’équilibre entre la liberté et la technique.

Anne Nguyen / Danse des guerriers de la ville
Mercredi 14, samedi 17 et dimanche 18 mars au théâtre Théo-Argence (Saint-Priest)
à lire également
Franchir la nuit – Chorégraphie Rachid Ouramdane © Patrick Imbert
Codirecteur avec Yoann Bourgeois du centre national chorégraphique de Grenoble, Rachid Ouramdane revient à Lyon pour notre plus grand plaisir avec Franchir la nuit, une pièce qui questionne ce que l’on fait de l’enfance de l’enfant migrant. Jeudi et vendredi à l’opéra.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut