Lyon Capitale n°156
© Lyon Capitale

Il y a 20 ans : "Nous allons vivre une superbe Coupe du Monde"

IL Y A 20 ANS DANS LYON CAPITALE - De l'année 1998, on se souvient surtout du 12 juillet, lorsqu'un but de Petit et un doublé de Zidane sacrent la France championne du monde de football. Si c'est à Paris que tout s'est joué, Lyon a tout de même accueilli six matchs de la Coupe du Monde 1998. Dès janvier, la ville s'organise pour ces événements.

Lyon Capitale n°156, 29 janvier 1998, © Lyon Capitale

© Lyon Capitale

Et un, et deux, et trois zéros ! De Footix à I Will Survive, des Yeux dans les Bleus aux larmes de Barthez, la Coupe du Monde de 1998 est sans doute un des souvenirs les plus chers aux français. Au mois de janvier de la même année, les tirages au sort ont rendu leur verdict et Lyon se voit chargée d'organiser six des matchs du tournoi. Un challenge pour la ville, qui entame ses préparatifs alors qu'elle attend plusieurs milliers de supporters venus du monde entier. Cinq matchs de poule et un quart de finale doivent se dérouler sur la pelouse du Stade de Gerland, où le dispositif de sécurité, important, ôte 1400 des quelques 40 000 places disponibles. Si les équipes reçues ne font par forcément partie de têtes d'affiches, Lyon accueillera tout de même le très symbolique Iran-États-Unis et verra son équipe nationale fouler la pelouse de son stade avec la rencontre France-Danemark.

Lyon Capitale n°156, 28 janvier 1998, p. 12 © Lyon Capitale

© Lyon Capitale
Un article paru dans Lyon Capitale n°156 le mercredi 28 janvier 1998, signé par Stéphane Marteau.

"Nous allons vivre une superbe Coupe du Monde"

Lyon Capitale : A moins de cinq mois du début de la Coupe du Monde, le site de Lyon est-il prêt à accueillir le dernier événement sportif de ce siècle ?
Gérard De Pierrelongue  : Ce serait peut-être un peu présomptueux de dire que tout est prêt. Toutefois, le Tournoi de France a permis à l'ensemble du CFO (1) de bien avancer. Certains domaines, comme l'accréditation, ont pu ainsi être affinés. Les installations, qui ont donné entière satisfaction, seront reconduites et étendues à l'ensemble des sites. Le stade sera terminé dans un mois et demi environ. Il ne reste par conséquent plus qu'à attendre la décision du ministère de l'Intérieur sur le dossier des grillages.
Le tirage au sort de la phase finale à Marseille a été marqué par un envahissement du terrain. Comment comptez-vous vous y prendre pour éviter ce genre de débordement ?
Je pense que la Coupe du Monde sera plus détendue. Je ne pense pas qu'on aura des matches très difficiles dans la mesure où on aura affaire à des supporters d'équipe nationale qui pour la plupart viennent de très loin et ne briguent pas les premières places. Il n'en demeure pas moins que par rapport au Tournoi de France, nous avons mis en place un dispositif dans lequel nous avons renforcé ta partie professionnelle avec des gens d'Euro sécurité. Les volontaires stadiers ont commencé leur formation à l'occasion du match Lyon-Marseille et petit à petit on commence à s'approprier le stade afin de se roder.
Le périmètre de sécurité mis en place à l'occasion du premier match du Tournoi de France s'était révélé très contraignant. Le tir avait été rectifié lors du second match. Qu'en sera-t-il en juin prochain ?
Le périmètre de sécurité reste à la diligence du préfet. Il a prévu avec nous deux types de matches : les matches "normaux" et les matches à risque. Pour l'essentiel des matches, le périmètre de sécurité collera pratiquement au stade. Il se situera d'un côté de l'avenue Tony Garnier et de l'autre côté, sera effectué le contrôle des billets à l'entrée du périmètre CFO. C'est donc une gestion de proximité très souple, qui avait été adoptée lors du deuxième match du Tournoi de France. En revanche, pour les matches à risque, on reviendra à ce qui avait été fait à l'occasion du premier match du Tournoi de France, à savoir un périmètre de sécurité beaucoup plus étendu. Les navettes pourront néanmoins emprunter les couloirs de sécurité afin de déposer les spectateurs devant les tribunes Jean-Bouin et Jean-Jaurès. Les parkings, quant à eux, seront à peu près les mêmes que l'année dernière, hormis celui situé sur le site EDF-GDF dont la capacité va être triplée. Alors, maintenant, reste à savoir combien il y aura de matches à risque. Pour l'heure, je n'en sais rien.
Iran-Etats-Unis devrait certainement en faire partie. C'est une rencontre qui vous empêche de dormir ?
Il préoccupe tellement de monde qu'il ne m'inquiète pas trop. Nous sommes dans une Coupe du Monde. Dans ce genre d'occasions, chacun a intérêt à se montrer sous son meilleur jour, non seulement sur le plan sportif mais aussi sur le plan de la sympathie et du fair-play. Evidemment, nous serons tributaires de la situation internationale. Si nous nous trouvons dans une situation géopolitique tendue, troublée, on pourra peut-être assister à des réactions spontanées ou collectives que l'on ne souhaiterait pas voir. Mais sous couvert du sport, je ne vois pas qui aurait intérêt à créer un incident. En fait, ce qui m'inquiète le plus, c'est l'engouement que pourrait susciter ce match.
La Coupe du Monde se doit de se dérouler dans une ambiance festive. Instruments de musique, drapeaux et autre oriflamme seront-ils acceptés dans l'enceinte lyonnaise ?
Je ne suis pas en mesure de vous répondre étant donné que le ministre de l'Intérieur n'a pas encore acte la liste des objets interdits. La portée d'une telle décision va au-delà de la Coupe du Monde car le choix qui sera fait devra être définitif. Idem pour les grilles.
Le ministère de l'Intérieur a décidé vendredi dernier de maintenir les grillages à Lens et à Saint-Etienne. Dans le même temps, il a prescrit "un complément d'expertise, portant sur d'ultimes points techniques et budgétaires, pour les stades de Toulouse, Montpellier, Nantes et Lyon". L'installation des grilles horizontales à Gerland aurait-elle du plomb dans l'aile ?
Je ne pense pas. Il reste à régler le problème du financement. Mais contrairement à Saint-Etienne ou à Lens, je ne pense pas qu'à Lyon ce soit un obstacle majeur puisque la municipalité avait de toute façon prévu d'installer des grilles verticales. Elle est donc dans l'attente d'une décision du ministère afin de savoir quelles grilles elle doit commander. Alors, à moins que le prototype de grilles horizontales se révèle défectueux ou que l'OL récuse par la suite de prendre en compte un système de stadiers, je ne vois pas ce qui pourrait remettre en cause l'installation de ces grilles.
Des grilles qui vont supprimer plusieurs places dans la mesure où elles vont empiéter sur deux rangées de sièges.
Deux rangées de sièges devraient effectivement être supprimées mais nous avons exigé, par mesure de sécurité, qu'un troisième rang soit ôté afin que les stadiers puissent circuler. Au total, ce sont environ 1 400 places qui devraient être supprimées. Pour autant, cela ne veut pas dire que 1 400 personnes munies d'un billet se retrouveront hors du stade. Dans chaque enceinte, le CFO a en effet gardé un quota de places, notamment en prévision des plates-formes de télévision dont on ne sait pas encore quelles espaces elles occuperont. Alors, évidemment, si les grilles horizontales ne sont pas retenues, un quota de places sera mis à la vente.
Avec le recul, les rencontres prévues à Lyon vous satisfont-elles ?
Je reconnais que, d'un point de vue sportif, j'ai été un peu déçu par le tirage au sort. Mais j'étais trop obnubilé par les grandes équipes. Aujourd'hui, j'estime que Lyon a bénéficié d'un bon plateau. On peut s'attendre à des rencontres très disputées, contrairement à d'autres villes où les affiches semblent déséquilibrées dans la mesure où les grandes nations de football seront opposées à des petites équipes. France-Danemark promet d'être un grand moment. Les Danois ont des supporters de qualité et sur le terrain, ce n'est pas gagné d'avance pour les Français. Dommage que ce match soit programmé à 16h. J'aurais préféré 21h. Il y a également cet Iran-Etats-Unis chargé d'émotions. Enfin, il ne faut pas oublier le quart de finale qui sera à coup sûr une grande affiche. Par ailleurs, les sélections présentes à Lyon devraient drainer un public festif. Donc tout laisse à penser que nous allons vivre une superbe Coupe du Monde à Lyon.
Y compris à l'extérieur du stade ?
C'est moins sûr. Il y a des villes qui ont prévu des animations superbes. Mais à Lyon, le programme d'animations apparaît quand même très diversifié et permet aussi bien aux jeunes qu'aux moins jeunes de s'investir. Dans les autres villes, il y aura peut-être plus de coups d'éclats mais je ne suis pas certain que les gens soient impliqués dans l'organisation. Ce qu'il y a de difficile à Lyon, c'est d'obtenir quelque chose de clair car rien n'est décidé et conçu à l'avance.
Le CFO avait confié à la Ville de Lyon la responsabilité de réaliser son affiche officielle en organisant un concours auprès des jeunes artistes locaux. L'affiche retenue a finalement terminé dans les placards de l'Hôtel de Ville ce qui a eu le don de vous irriter.
La Ville a eu son affiche. Maintenant, elle l'exploite comme elle l'entend... Personnellement, je trouve que cette affiche n'est pas si mal que ça. Elle n'est certainement pas du niveau de l'affiche national mais elle a au moins le mérite d'exister. Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est comment un jury composé de personnalités de la Ville de Lyon a pu démolir ce jeune créateur désigné par ses soins. Ça ne me serait jamais venu à l'idée. S'il a gagné, c'est qu'il était le meilleur. Par conséquent, on ne dit pas le lendemain qu'il était nul.
Propos recueillis par Stéphane Marteau
(1) Comité français d'organisation de la Coupe du Monde de football.
à lire également
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale - Les Bleus viennent de remporter le Mondial et une fièvre du ballon rond se répand chez les jeunes. Petit problème : il n'y a pas assez d'infrastructures pour accueillir autant de licenciés. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut