Tony Tollet Thémistocle détail

Hommage au Lyonnais Tony Tollet, second Grand Prix de Rome en 1886

À l’occasion du salon Tony Tollet à Vourles (Rhône), le tableau Thémistocle au foyer d’Admète, roi des Molosses, réalisé par le peintre lyonnais et primé à Rome en 1886, sera prêté par le département du Rhône.

L’association Tony Tollet s’attache à maintenir la mémoire du peintre Jean Jules Antoine Tollet, dit Tony Tollet, né à Lyon en 1857 et mort en 1953, à 95 ans. Principalement connu pour ses portraits de la bourgeoisie lyonnaise, il a suivi les cours d’un élève d’Ingres ou ceux de Cabanel aux beaux-arts de Paris, ainsi que leurs influences.

Peintre académique par excellence, comme en témoigne son parcours (Grand Prix de Paris en 1879, second Grand Prix de Rome en 1886, président de la Société lyonnaise des beaux-arts, président de l’Académie des arts et belles lettres, chevalier de la Légion d’honneur en 1925), Tony Tollet reflète toute une époque. Celle où l’on peint les thèmes mythologiques et religieux, la nature, l’Orient des colonies et les portraits des puissants.

Le prix de Rome représente beaucoup à l’époque. En musique, Hector Berlioz a concouru quatre fois pour le prix de Rome, qu’il finit par remporter en 1830. En peinture, cette distinction a récompensé Bouguereau ou Regnault. Eugène Delacroix, Édouard Manet ou Edgar Degas font partie des artistes qui tentèrent le prix de Rome mais n’obtinrent jamais la moindre récompense.

Le refus de la haine

Un salon porte aujourd’hui le nom de Tony Tollet à Vourles. Pour cette occurrence, le département du Rhône prête le tableau Thémistocle au foyer d’Admète, roi des Molosses, second Grand Prix de Rome 1886, dont curieusement en 1819 le peintre François Dubois avait déjà proposé une version, remportant le Premier Grand Prix.

Le message de ce tableau, porté par l’attitude d’accueil d’Admète, est le refus de la haine et de la vengeance. D’inspiration classique, le tableau répond aux critères de l’académisme d’alors. Il propose une scène de supplication et de mansuétude : Thémistocle agenouillé aux pieds d’Admète dont il porte le fils, sollicite sa protection ; protection qui lui sera accordée alors que Thémistocle, au faîte de son influence politique, l’avait auparavant refusée à Admète avec mépris. Tony Tollet est ici loin des préoccupations de la peinture des impressionnistes, alors à leur apogée créatrice.

Une trentaine d’artistes d’aujourd’hui constituent la structure du salon Tony Tollet de Vourles, dont Dalva Duarte, Patrick Marques, Christophe Miralles, Fréderic Deprun, Dietlind Horstmann Koepper, Jhy Cheng Wu ou l’étonnant Gilbert Houbre.

Salon Tony Tollet – Du 29 novembre au 4 décembre, à la Maison Forte, 2 rue des Vallières, à Vourles (horaires d’ouverture sur le site du salon).

Rétrospective Tollet à Écully

Parallèlement et jusqu’au 3 janvier, une exposition rétrospective est consacrée à l’œuvre de Tony Tollet au centre culturel d’Écully (21 avenue Édouard-Aynard – 04 78 33 64 33), où sont présentés quelques-uns de ses portraits, paysages et dessins.

à lire également
© Pauline Roset / Fondation Bullukian (montage LC)
Dans le cadre de la Biennale 2019, la fondation Bullukian accueillait Jérémy Gobé et Andrea Mastrovito. Détournements de matériaux et de techniques, regard contemporain sur un répertoire classique, recours au mouvement du visiteur, utilisation de l’architecture comme support et mise en perspective du rapport de l’homme à la nature sont au cœur des questionnements des deux artistes. Expo prolongée jusqu’au 30 janvier.
Faire défiler vers le haut