Gravophone : Gérard Lenormand

C'était en 1980, la chanson s'appelait logiquement Si j'étais Président et si on l'écoutait aujourd'hui (on n'est pas obligé, mais c'est une hypothèse), elle aurait de biens troublants échos. A l'époque Lenorman, fin analyste politique, envisageait de nommer Mickey premier ministre. Récemment notre président lui-même, le vrai, fut surpris (ou s'est arrangé pour l'être) avec celle qui était alors sa nouvelle fiancée en train de rendre visite à ce même Mickey (il est vrai que les présidents n'ont pas attendu Lenorman pour user de Mickeys). Et pour compléter le casting, le chanteur envisageait notamment, rigueur oblige, pardon réforme oblige, "Picsou aux finances". Mais sa préscience ne s'arrêtait pas à l'art du casting politique et annonçait un style : "je recevrais la nuit, le corps diplomatique / Dans une super disco à l'ambiance atomique", disait-il. Bon, le Fouquet's n'est pas à proprement parler "atomique" mais "super" ça sûrement (pour ne pas dire "bath"), et Gérard, derrière ses airs bonhommes se posait déjà en visionnaire du "bling-bling". En entonnant "Opposition néant, quand je serai président", il enterrait même le PS avec 27 ans d'avance, fauché par l'ouverture. Un type comme ça, aurait mérité d'être invité à la Bastille le soir du 6 mai pour fêter la victoire au côté du gratin de la chanson française, à entonner la victoire. Eh bien, il y était, même si peu l'ont reconnu. Il faut dire qu'il a un peu changé, Gérard, depuis qu'on l'appelle Henri Guaino.

Gérard Lenorman. Jeudi 10 avril à la Bourse du Travail,
place Guichard, Lyon 3. 04 72 10 38 23

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut