Alan Alda et Meryl Streep dans “La Vie privée d’un sénateur” de Jerry Schatzberg (1979) © Universal Pictures
Alan Alda et Meryl Streep dans “La Vie privée d’un sénateur” de Jerry Schatzberg (1979) © Universal Pictures

Festival Lumière 2018 : ce qu’il faut voir ce début de semaine

La sélection Lyon Capitale des séances du festival Lumière qui ne sont pas encore complètes ou/et méritent le déplacement ces trois prochains jours.

Lundi 15 octobre

  • à 18h dans la villa Lumière (complet, mais les places non occupées sont vendues au dernier moment – arrivez tôt ! au moins 30 minutes avant la séance) : Les Amants du pont Saint-Jean (tourné dans la région) d’Henri Decoin, l’un des cinéastes auxquels le festival rend hommage cette année. En présence de son fils, Didier Decoin.
  • à 18h à l’UGC Ciné Cité Confluence : La Barbe à papa de Peter Bogdanovich (1h42). L’Amérique des années 1930 à travers une relation filiale incarnée par Ryan O’Neal et sa propre fille.
  • à 20h30 à l’UGC Astoria : La Vie privée d’un sénateur de Jerry Schatzberg, qui présentera le film (1h47). INDISPENSABLE pour comprendre ce qui se joue, notamment, dans le choix d’un nouveau membre de la Cour suprême. Et bien d’autres échos avec l’actualité, américaine et sociétale.
  • à 20h30 au Pathé Vaise : La Dernière Séance de Peter Bogdanovich (2h06). L’adolescence, le cinéma, la transmission. Tout cela dans les années 1950 au Texas.

Mardi 16 octobre

Au grand balcon, d’Henri Decoin (1949) © DR
Au grand balcon, d’Henri Decoin (1949) © DR
  • à 11h15 à la Villa Lumière : Roberto Enrico – Bref passage sur la Terre (1h20, documentaire). En présence de Jérôme Enrico, qui évoquera la carrière de son père.
  • à 14h15 au Pathé Bellecour : Au Grand Balcon d’Henri Decoin (1h56, sous-titrage anglais). Quand vous aurez vu un Decoin, vous aurez envie de voir tous les autres dans cette rétrospective.
  • à 15h30 à la Comédie-Odéon : master class publique de Françoise Arnoul, actrice chez Decoin (voir ci-dessus)
  • à 20h au Pathé Bellecour : Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone (2h45). Faut-il vous donner une raison pour (re-re-re…)voir ce film ?
  • à 21h à la Villa Lumière : They'll love me when I'm dead de Morgan Neville (1h38). Documentaire événement sur Orson Welles et son film invisible jusqu’à ce jour : The Other Side of the wind (avant-première à Lyon cette semaine).
  • à 22h au Pathé Bellecour : La Bonne Année de Claude Lelouch (1h55). Parce que Lelouch, ce n’est pas seulement “Chabadabada”.

Mercredi 17 octobre

Henry Fonda et Spencer Charters dans “Vers sa destinée” de John Ford (1939) © Les Grands Films Classiques
Henry Fonda et Spencer Charters dans “Vers sa destinée” de John Ford (1939) © Les Grands Films Classiques
  • à 14h30 à l’Auditorium : Qui veut la peau de Roger Rabbit ? de Robert Zemeckis (1h44). Tout simplement culte.
  • à 17h30 à l’UGC Ciné Cité Confluence : Greystoke, la légende de Tarzan de Hugh Hudson (2h13). Certains vous diraient pour Christophe Lambert, mais c’est surtout un film du réalisateur des Chariots de feu.
  • à 18h à l’UGC Astoria : Vers sa destinée de John Ford (1h40). Ford, Fonda (père) et la biographie d’Abraham Lincoln. Une seule de ces raisons suffirait !
  • à 19h15 au Cinéma Opéra : Chocolat de Claire Denis (1h45). Avec plein d’acteurs formidables : Isaach de Bankolé, François Cluzet, Mireille Perrier, Jean-Quentin Châtelain (dans le désordre et très subjectivement). En présence de James Thierrée.
  • à 20h30 au Pathé Bellecour : Le Destin de Youssef Chahine (2h12). Un film d’intérêt général sur l’islam de la tolérance. En présence du directeur de la Cinémathèque, Frédéric Bonnaud.
  • à 20h30 au Lumière Terreaux : L’Empire de la passion de Nagisa Ôshima (1h48). Pour finir cette sélection passionnément. Entre la vie, la mort et l’enfer.

Bon à savoir : pour les projections qui affichent complet, il est toujours possible de se rendre sur place une heure avant, les places libérées (réservations non occupées) sont vendues à la dernière minute. Il faut juste être patient et faire la queue à la billetterie de la salle concernée…

à lire également
Monsieur Cinéma doit apporter une caméra à un réalisateur qui tourne à Lyon. Yan Le Pon se déguise en vieux lion pour nous raconter les nombreux tournages ayant pris pour décor les ruelles du quartier Renaissance. Au fil de cette flânerie entre Saint-Georges et Saint-Paul, réapparaissent le grand Lino et madame Signoret, mademoiselle Binoche, Olivier et son Gang, Lelouch et Luchini… et un Tavernier bien connu des cinéphiles lyonnais.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut